Maurice n’échappe pas au mainstream. Sa résilience à la crise précédente est actuellement mise à rude épreuve. En effet, alors que certains opérateurs se retrouvent contraints de mettre la clé sous le paillasson, d’autres tentent de sortir la tête de l’eau en créant des partenariats stratégiques. C’est le cas chez les grandes enseignes qui connaissent ces derniers mois des mutations… Changements d’enseignes, nouveaux partenariats, reprises de personnel, rénovation… Le business de la consommation se trouve affecté par les surprises de la crise. Parallèlement, cette crise ne semble pas affectée tout le monde des affaires. Certains opérateurs misent même sur de nouveaux investissements d’envergures.
La nouvelle est tombée cette semaine, chez Pride Mark qui ferme boutique. Ce pionnier du hard discount dans le secteur de l’habillement à Maurice, lancé en 2009, indique que ses magasins, situés à Trianon, Riche Terre, Rose Belle et Port-Louis ne peuvent plus continuer à opérer sereinement. La direction de Pride Mark soutient que « le ralentissement de la consommation des ménages mauriciens ne nous permet pas de continuer nos activités, le hard discount reposant sur la massification des ventes pour réaliser des profits ».
Même situation au niveau des boutiques du centre commercial Phoenix Les Halles, qui se dote d’une nouvelle vocation. Trois ans après son ouverture, ce centre commercial n’attire plus grand monde, les galeries demeurant quasi déserts. Les contrats des boutiques étant arrivés à terme, ils n’ont ainsi pas été renouvelés. Certains, selon nos informations, ont trouvé meilleur site un peu plus loin sur l’autoroute. Un des niveaux du centre commercial devrait être lui, d’ici décembre, être converti en centre d’appels. D’autres concessionnaire, à l’instar du Quality Living Centre — qui se prédestinaient à « offrir une expérience unique à Maurice en termes de techniques marchandes », en proposant une multitude de produits importés essentiellement d’Europe, ont aussi dû plier bagages à défaut de pouvoir épuiser leur stock. C’est ainsi que les meubles haut de gamme qui, à l’ouverture du centre, attiraient les convoitises de ceux souhaitant acquérir du matériel d’un certain niveau, en provenance des designers européens, se retrouvent désormais en vente dans les boutiques populaires.
Du côté des hypermarchés, plusieurs mutations sont à noter. Alors qu’il y a un mois, les enseignes Ebeneway et Kaddy Plus, s’associaient pour l’entrée sur le marché mauricien du groupe français Intermarché, ce mois-ci, un nouvel accord a été conclu entre Kaddy Plus et Shoprite pour le rachat des magasins Kaddy Plus de Tamarin et Port-Louis. Dans le cadre ce cet accord, il a été convenu que Shoprite reprenne le personnel de Kaddy Plus. Depuis quelques jours donc, ces magasins sont fermés afin de faciliter les formalités d’inventaire et de rebranding.
Nouveau boom
Ces chamboulements dans le paysage des grandes enseignes sont aussi synonymes de nouveaux visages. En effet, malgré la crise économique mondiale qui force certains à plier bagages, la construction de nouveaux centres commerciaux connaît parallèlement un boom. Villes ou régions rurales, aussi bien que zones périurbaines accueillent des édifices qui transforment les paysages et le mode de vie des Mauriciens. Les champs de cannes font de plus en plus place au béton. D’ici la fin du mois, ce sera au tour du Bagatelle Mall de voir le jour. Il s’agit d’un centre commercial où enseignes mauriciennes et étrangères cohabiteront. Parmi les locataires qui s’élèvent à quelque 150, plus d’une vingtaine représentent de nouvelles enseignes, dont Pick N Pay (géant sud-africain de la grande distribution). Après Bagatelle, ce sera l’ouverture de la première phase du centre commercial Cascavelle Mall, à Flic en Flac. Un projet qui comprend un supermarché, 60 boutiques et un Food Court, au coût de Rs 1 milliard. Outre Pick N Pay, Thiriet (entreprise française qui se spécialise dans la fabrication de glaces, de desserts, de pâtisseries et autres préparations culinaires surgelées à base de viande et de poissons) sera aussi présente parmi les enseignes de ce centre commercial. Le centre commercial VIP, à Goodlands, devrait également ouvrir ses portes d’ici la fin de l’année, alors que Grand-Baie, La Croisette, ambitionne, à compter de septembre 2012, de transformer le paysage du Nord de l’île. A ce stade, la construction de Grand-Baie, La Croisette, qui a nécessité un investissement de Rs 2 milliards se poursuit et a atteint les 50 %.
Si ces centres commerciaux poussent comme champignons — les uns annoncent des architectures qui hausseront Maurice au niveau international, d’autres misant sur des enseignes susceptibles d’attirer le plus grand nombre de clients, tandis que d’autres encore proposent des loisirs pour améliorer la qualité de vie —, il reste qu’à côté, on trouve aussi plusieurs projets en suspens, par manque de financement. Ainsi, outre ces entreprises qui se trouvent contraintes de fermer boutique, d’autres n’arrivent même pas à sortir la tête de l’oeuf. Les projets annoncés en grande pompe restent en chantier. Mais au-devant de tout cela, les bénéficiaires sont les Mauriciens, qui, en dépit de la crise, ne dérogent pas à leurs habitudes de consommation, disposant — avec la concurrence — d’un plus grand choix de produits, tant au niveau alimentaire que celui vestimentaire, sans compter, désormais, l’accès à plus de loisirs.