Le Central Electricity Board (CEB) se trouve sous haute tension en ce début d’année. En effet, dans la journée d’hier, une nouvelle pointe dans la demande d’énergie électrique a été enregistrée, soit 467 MW, représentant 14 MW de plus que la précédente du 8 décembre dernier. Dans les milieux du CEB, l’on suit la situation de très près vu que les 467 MW de mardi font suite aux 463 MW de lundi, le premier jour de la reprise complète des activités économiques, et vu aussi la forte chaleur qui prévaut depuis ces derniers jours.
Dans le camp des rassurants contre des risques de coupures de courant, l’on fait remarquer que les 467 MW d’hier sont encore dans les limites des Forecasts du CEB, qui sont de 482. Un autre phénomène en faveur du CEB est le déplacement de la période de pointe du début de la soirée à la journée. De ce fait, les 12 MW de la ferme photovoltaïque de Sarako à Bambous, même à Rs 6.65 le kWh, sont d’un apport considérable dans la journée pour parer à toute éventualité.
Exceptionnellement, cette année, la sucrerie de Médine, qui n’a pas encore terminé la récolte sucrière de 2015, met également sur le réseau 5 MW pour satisfaire la demande croissante.
Affaire à suivre…