La tentation des achats impulsifs est bel et bien présente durant cette période, mais pensez toutefois à des fêtes plus écolos

Excès, gaspillages et produits superflus. Ces mots décrivent bien le comportement général des consommateurs avant les fêtes de fin d’année. La pression de faire comme les autres durant cette période et les multiples tentations présentées par les nombreux prospectus publicitaires aidant, les consommateurs ont tendance à vider leur porte-monnaie en cette période. Comment éviter les achats impulsifs et les gaspillages de toutes sortes ?

Avec les diverses augmentations de prestations sociales concernant une frange de la population cette année suite aux promesses électorales, certains Mauriciens sont plus à l’aise dans leur pouvoir d’achat. Le risque de sombrer à la tentation d’achats exacerbés est bien réel face aux diverses promotions proposées par les commerces. Mosadeq Sahebdin, président de la Consumer Advovacy Platform (CAP), explique : « La frénésie d’achats est synonyme d’achats impulsifs, de produits dont on n’a pas réellement besoin. Il ne faut pas se laisser séduire par les publicités trompeuses. Ensuite, il convient d’établir une liste des priorités avant de faire ses courses. »

S’il est prévisible, au vu de l’augmentation des prestations sociales, que l’inflation s’amplifie, « elle ne sera pas ressentie de sitôt ». Néanmoins, « étant un pays important la plupart de ce que nous consommons, la dévaluation déguisée de la roupie aidant, il y aura certes une poussée inflationniste ».

S’agissant des prix soldés en cette période précédant les fêtes, le président de la CAP estime que si les prix de la grande distribution peuvent être avantageux, d’autres peuvent en revanche « receler des arnaques, telles que la liquidation de produits qui ne trouvent pas d’acheteurs ». Selon lui, par exemple, le “Buy one get one free” « peut cacher des défauts du produit offert en cadeau ou du bas de gamme ». Il poursuit : « De plus, les prix barrés ne sont pas une garantie que les prix ont réellement baissé. En l’absence d’une loi pour régir les soldes, il est tout à fait possible que des prix barrés soient en fait des prix fictifs, gonflés artificiellement. C’est ainsi que les prix soldés peuvent se révéler être les prix normaux de ces produits. »

Au niveau des jouets, la CAP conseille aux consommateurs de « privilégier l’achat utile, soit des jouets qui contribuent au développement » de l’enfant. « Cependant, il faut prendre en compte l’âge auquel les jouets sont destinés. À éviter, les tablettes et autres gadgets qui favorisent l’individualisme ou le repli sur soi. Autre consigne à respecter : acheter éthique, boycotter les jouets dont les fabricants sont connus pour être des exploitants de la main-d’œuvre infantile. »

La CAP conseille par ailleurs d’éviter le rush des derniers moments. « Cela permettra d’éviter les achats impulsifs ou de dernière minute, où l’on peut être tenté d’acheter des produits dont on n’a pas réellement besoin. Il est aussi important de prendre le temps de comparer les prix avant d’acheter. »

À quelle instance avoir recours si le consommateur a été arnaqué ? « Encore faut-il prouver qu’il y a eu arnaque. Il faut, en premier recours, négocier avec le vendeur. S’il est possible d’établir qu’il y a un vice caché ou un défaut d’origine, qui ne met nullement en cause la responsabilité du vendeur, celui-ci acceptera de rembourser le produit défectueux. L’achat de produits électroménagers ou de jouets électriques ou électroniques peut aussi comporter des risques si le produit se révèle défectueux. D’où l’importance d’exiger, lors de l’achat, un certificat de garantie, un certificat qui établit clairement les conditions de la garantie. La mention, manuscrite, d’une période de garantie quelconque n’est pas suffisante », ajoute Mosadeq Sahebdin.

Pour des fêtes écolos

Avec les enjeux environnementaux que l’on connaît et l’urgence d’avoir des gestes écologiques, il est possible de faire des choix de consommation plus raisonnables à travers la lutte contre le gaspillage et l’achat de produits qui soient respectueux de l’environnement. Ainsi, par exemple, au lieu d’acheter des sapins en plastique et autres matières non biodégradables, mieux vaut opter pour un sapin naturel, bien plus écologique car entièrement biodégradable. Leur culture aide à limiter l’effet de serre car ils capturent le CO2 tout en le transformant en oxygène. Leur plantation contribue de plus à un environnement stable.

D’autre part, pour décorer votre maison, optez plutôt pour des guirlandes lumineuses à LED, qui consomment huit fois moins d’énergie que celles à ampoules halogènes. Prêtez toutefois attention à la qualité du produit pour pouvoir le réutiliser plusieurs années. Si vous n’êtes pas dans la pièce où sont les guirlandes, donnez-vous la peine de les éteindre pour économiser de l’énergie. Et si vous ne savez quoi faire des anciens jouets de vos enfants, offrez-les aux centres qui collectent des jouets pour les enfants démunis. L’esprit de Noël ne sera que plus présent chez vous.