Le président du National Price Consultative Council (NPCC), John Lam Choo, nommé à ce poste il y a quelques semaines, déclare que le NPCC travaille non seulement sur les prix des articles de consommation, mais aussi et surtout sur les droits et la protection des consommateurs.
« Nous travaillons, certes, sur les prix, car le ministre souhaite que ceux-ci soient uniformes d’une région à l’autre. Actuellement, ils ne le sont pas. Les consommateurs paient un prix ici et un autre là-bas pour le même produit », déclare John Lam Choo. Il va voir si le problème se situe au niveau des importateurs, des distributeurs ou des détaillants. Le NPCC ne contrôle pas les prix des produits « mais si le besoin se fait sentir, nou pou fer li ».
Autre problème qui affecte les consommateurs et que John Lam Choo trouve aberrant, c’est le temps que prennent certains commerçants pour avertir le client à l’effet qu’il ne peut réparer son appareil qui est, pourtant, encore sous garantie. « Deux mois, dans certains cas. Ce n’est pas possible », lance-t-il, avant d’ajouter : « Gérants de supermarchés, commerçants ou businessmen, nous sommes tous des consommateurs. Serions-nous contents si des gens agissaient ainsi avec nous ? »
M. Lam Choo s’intéresse aussi au problème de la qualité des produits mis en vente à Maurice, et dont beaucoup, selon lui, ne seraient pas aux normes. Pour l’instant, seuls le fer et le fil électrique sont examinés par le Mauritius Standards Bureau (MSB). « Nous avons l’intention d’inclure l’électroménager sur la liste pour que leurs importations soient accompagnées d’un certificat international de qualité », fait ressortir notre interlocuteur. Trop d’appareils de mauvaise qualité sont mis en vente à Maurice, dit-il ; certains prennent même feu lors de leur utilisation.
Le NPCC travaille aussi sur l’affichage des prix et la date d’expiration, surtout lorsque des produits sont vendus sous promotion. « Nous observons que beaucoup de commerces n’affichent ni les prix ni la date d’expiration des produits. C’est un délit », dit-il, avant d’indiquer que certains commerçants affichent des promotions « sans pour autant baisser réellement les prix des produits qu’ils mettent en vente. » John Lam Choo souligne que les commerçants ainsi que les consommateurs ne connaissent pas les lois qui existent à ce sujet. « Nous allons les rendre visibles », ajoute-t-il.
Le NPCC, ajoute John Lam Choo, est une nouvelle organisation « et nous sommes encore à mettre en place sa structure ». Outre M. Lam Choo, les membres sont Mmes I. Oree, K. Jugroo et A. Buddoo et MM. K. Seegoolam, S. Allykhan, G. Ah Yan, R. Appadu, J. Chellum, R. Jaddoo et M. Sahebdin. Comme les fêtes de fin d’année approchent, cette organisation travaille sur les prix des animaux sur pattes, dont le boeuf, le cabri, le mouton et le porc. « Nous sommes plus intéressés par le prix final que paient les consommateurs sur le marché », affirme le président du NPCC.