Le Constitutional (Declaration of Community) (Transitional Provisions) Bill a été adopté vers 21h30 hier par une majorité bien au-delà des 3/4 de l’Assemblée nationale, soit par 63 voix. Cehl Meeah a été la seule voix contre alors que les trois députés du PMSD se sont abstenus. Deux députés du MSM,  Nando Bodha et Pradeep Roopen, étaient absents au moment du vote. L’annonce par le Speaker du décompte des voix, demandé par le Premier ministre Navin Ramgoolam, a été accueillie par les applaudissements des parlementaires de la majorité et ceux du MMM. Le Premier ministre a, par la suite, proposé l’ajournement des travaux parlementaires au 22 juillet. La séance d’hier a été marquée par les interventions d’Alan Ganoo et de Navin Ramgoolam avant que le texte de loi ne soit étudié en comité. L’amendement du Premier ministre visant à s’assurer que toutes les communautés soient représentées au Parlement en toutes circonstances a donné lieu a de vifs échanges entre Navin Ramgoolam, d’une part, et Pravind Jugnauth et Xavier-Luc Duval de l’autre. Paul Bérenger, qui a soutenu l’amendement, a qualifié de « honte » une personne, dont il n’a pas cité le nom, et qui aurait téléphoné « à toutes les sociétés chinoises » de l’île dans le but de créer « la panique ». Il a estimé que l’amendement du Premier ministre permettait d’offrir une garantie supplémentaire pour que toutes les communautés soient représentées au Parlement, et ce quelles que soient les circonstances.
Pravind Jugnauth a déploré que l’amendement ait circulé tard hier, soit à la veille de sa présentation au Parlement, et a estimé que cela a « ajouté à la confusion » concernant les nominations selon le système de meilleurs perdants. Pour lui, d’ailleurs, l’amendement ne faisait que « s’ajouter à une confusion qui existait déjà ». Et de rejeter les accusations à l’effet qu’il a adopté « une approche communaliste » dans son discours sur l’amendement constitutionnel. Xavier-Luc Duval a, lui aussi, estimé que l’amendement proposé par le Premier ministre a été diffusé « trop tard ».
Xavier-Luc Duval a, par la suite, proposé un amendement pour demander qu’un référendum soit organisé après les prochaines élections et avant la présentation de la loi sur la réforme électorale. À noter que le texte de loi a finalement été adopté après les interventions de Navin Ramgoolam, Paul Bérenger, Alan Ganoo et Satish Faugoo.