Onze travailleurs du secteur de la construction, membres de la Construction Metal & Wooden Employees Union (CMWEU) – syndicat affilié à la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) – ont manifesté ce midi devant le bureau du ministre du Travail, des Relations industrielles et de l’Emploi. Ils protestent contre le refus de Shakeel Mohamed d’approuver l’accord signé en octobre dernier entre la CMWEU et la Building and Civil Engineering Contractors Association (BACECA) et de demander au National Remuneration Board (NRB) de réviser le Remuneration Order de ce secteur.
« Ce n’est pas exact quand le ministre Mohamed vient dire à une rencontre syndicale à Coromandel la semaine dernière que la CTSP lui a fait une requête pour demander au NRB d’étendre l’accord (voir encadré) signé en octobre dernier entre la CMWEU-CTSP et la BACECA à tout le secteur de la construction », a soutenu le secrétaire de la CTSP, Reeaz Chuttoo, en présence de Charles Ramsamy et de René Lafond, respectivement président et secrétaire de la CMWEU, entre autres.
Shakeel Mohamed avait en effet déclaré, mercredi dernier lors atelier de travail tenu à Coromandel, que l’accord signé entre les syndicats affiliés à la CTSP et la BACECA allait faire le jeu des grosses compagnies dans le domaine de la construction. « C’est à l’avantage des gros capitalistes qui sont en compétition avec ces grosses compagnies et cela forcera les petites entreprises de construction à mettre la clé sous le paillasson », a-t-il argué. Il a également révélé que deux représentants de la BACECA étaient venus lui demander de ne pas approuver cet accord. Shakeel Mohamed avait en outre affirmé que la CTSP cherchait à faire « étendre » cet accord entre la CTSP et la BACECA à tout le secteur de la construction à Maurice.
« Il y a nuance », insiste de secrétaire de la CTSP. « Nous ne lui avons pas dit de demander au NRB “d’étendre” cet accord à tout le secteur. Nous avons plutôt proposé au NRB de réviser le Remuneration Order (RO) pour la construction, comme il en a le pouvoir sous la loi. Ce que le public doit comprendre, c’est que quand le ministre demande au NRB de revoir un RO, cette instance donne à tout le monde et à toutes les parties concernées, sans distinction aucune, l’occasion de venir déposer et faire entendre leurs propositions ; ultérieurement la décision d’accepter ou non les recommandations du NRB revient au ministre et à lui seul », précise Reeaz Chuttoo. « Shakeel Mohamed est et reste le seul maître à bord ».
Le syndicaliste dit ne pas comprendre deux choses. Premièrement, la volte-face de la BACECA, si ce que le ministre a dit est vrai. « Pourquoi signer un accord pour ensuite dire qu’on n’est pas d’accord ? » se demande-t-il. Il a révélé que la CTSP a écrit à la BACECA pour demander une réunion urgente pour réclamer des éclaircissements. « Si BACECA inn fer volte-face, tou travayer konstricksyon pou mobilize pou montre ki nou pa dakor ar doub langaz », prévient-il. Deuxièmement, le refus du ministre d’approuver cet accord. « D’abord tous les accords collectifs sont signés avec les capitalistes, soit les patrons. Puis, je ne comprends pas comment un ministre peu refuser d’améliorer les salaires et conditions de plus de 80 000 travailleurs du secteur de la construction », s’étonne-t-il.