‘appel lancé depuis plusieurs mois par les habitants de Cap Malheureux réunis autour du mouvement Forum Citoyens Libres (FCL) pour dénoncer la construction d’un bâtiment commercial en face du cimetière aura fini par se faire entendre. Les autorités vont se pencher sur ce cas. C’est la garantie qu’a donné le ministre des Terres et du Logement, Abu Kasenally, lors d’une émission sur le sujet sur les ondes d’une radio privée, en début de semaine dernière. D’où la décision des habitants de Cap Malheureux d’attendre quelques jours encore avant de saisir la justice, si besoin est, pour une demande d’injonction contre les travaux de cette construction qu’ils estiment menaçante pour l’écosystème.
Après des mois d’attente, les habitants de Cap Malheureux ont enfin une lueur d’espoir. Le ministre des Terres et du Logement a indiqué, lors d’une émission radio à laquelle participait le porte-parole du FCL, George Ah Yan, que son ministère va se pencher sur ce cas. Notamment en raison du bail alloué en 2011 par le ministère au promoteur de ce bâtiment commercial, Kirav Co. Ltd. Selon la garantie donnée par Abu Kasenally que ce dossier sera traité, un arpenteur du gouvernement devrait être sollicité pour une localisation de ce terrain. Le rapport de cet arpenteur devra alors être confronté à celui de l’arpenteur privé, Ravindranath Bhurthun, sollicité par les habitants de Cap Maheureux pour localiser ce terrain. Rappelons que dans son rapport, l’arpenteur privé indique que « the said construction is situated on a direct source connecting the Mare de la Cocoterie with the sea and in a nearby future, such obstruction can accrue the existing erosion while destroying the historical cemetry. »
Ravindranath Bhurthun souligne également: « The topographical relief of the land is not in a safe position as hardcore fillings is being done by promoter to level the site for parking, while damaging the site as defined in Article 9 ; Environmental conditions section (b) ; No refuse shall be dumped on the land but shall de disposed of as directed by Sanitary Authority in the said lease to Kirav Co. Ltd. » Et en conclusion, il laisse entendre qu’à son avis, « Kirav Co. Ltd Commercial Complex is on a sensitive area and the Mare de la Cocoterie underground connection with the sea will be affected thus causing a land subsidence in multicultural cemetry which is in front of the said development. »
Au vu des derniers développements, le FCL, qui comptait saisir la justice pour une demande d’injonction contre cette construction menaçant les wetlands alentours et jugé néfaste à l’écosystème marin, marque une trève dans sa lutte. Il lance un ultimatum de trois semaines aux autorités pour venir de l’avant avec un rapport d’arpentage et prendre les actions en conséquence. Les habitants de Cap Malheureux disent qu’ils « ne baissent pas les bras et veilleront au grain à ce que les autorités ne nous mènent pas en bateau. » Ils tiendront un meeting ce vendredi en face de la Chapelle de Cap Malheureux pour sensibiliser la population. Après ce 12e meeting, ils marqueront une trève de quelques jours, le temps pour les autorités de prendre les actions concrètes. « Et si après trois semaines, rien n’est fait, nous enclencherons d’autres actions, dont celle d’alerter l’opinion internationale sur ce sujet qui touche tous les pays », dit George Ah Yan.