L’adjoint au maire de Beau-Bassin/Rose-Hill Mahen Choolun se dit déçu de la site visit au marché de Rose-Hill mercredi, dans le cadre du projet de construction d’un nouveau marché. Un projet du ministère des Infrastructures publiques. Il dénonce le fait que le député rouge, Reza Issack, accompagné d’agents affublant un t-shirt rouge, a gêné plus d’un à la municipalité et évoque la « politisation » du dossier.
Une délégation composée d’officiers de la National Development Unit (NDU), du député de la circonscription N° 9 (Stanley/Rose-Hill), de l’ancien PPS Reza Issack, de quelques conseillers et techniciens de la municipalité et de l’adjoint au maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, Mahen Choolun a effectué une site visit au marché de Rose-Hill, qui devrait voir la construction d’un marché flambant neuf. Sur place, Mahen Choolun soutient avoir été déçu par la teneur de la visite et la « tournure politique » que celle-ci a prise. « Nous nous attendions à quelque chose de constructif avec des propositions et des réponses afin de mieux comprendre le projet du ministère des Infrastructures publiques pour le marché de Rose-Hill mais au lieu de cela, nous avons été témoins d’une véritable scène qui avait l’air d’une campagne électorale », dénonce l’adjoint au maire. Un sentiment partagé par d’autres conseillers de la ville. Dans une déclaration au Mauricien, l’adjoint au maire dit déplorer la « façon de faire » de l’ancien PPS Reza Issack qui était accompagné d’un groupe d’agents et d’activistes rouges arborant des t-shirts rouges. Il s’insurge aussi du fait que les autres députés de la circonscription, en l’occurrence Paul Bérenger, Lysie Ribot et Deven Nagalingum, n’ont pas été invités à participer à cette visite des lieux d’un projet d’une telle envergure qui implique la région de Rose-Hill. « Nous nous sommes rendus à cette visite dans la ferme intention d’avancer sur le dossier car il ne faut pas négliger le fait que la municipalité, en tant que propriétaire des lieux où se trouve le marché de Rose-Hill, dispose d’un droit de regard sur tout projet concernant le bâtiment. Au lieu de cela, nous avons le sentiment qu’on a tenté de faire de l’accaparement politique », dénonce Mahen Choolun, qui souligne en passant la « discrétion » des ministres Xavier-Luc Duval et Hervé Aimée lors de l’octroi d’une enveloppe de Rs 40 millions pour la rénovation de la Salle des fêtes du Plaza et qui contrasterait avec l’attitude du député rouge.
Rappelons qu’en 2010, un projet de nouveau marché à Rose-Hill, piloté par la municipalité, avait été gelé en raison des coûts élevés, la construction d’un nouveau marché, devait être réalisé selon la formule Public-Private Partnership (PPP). Vu l’état du bâtiment, le nouveau conseil s’était fixé comme une des priorités cette année de rénover le marché. Un budget de Rs 900 000, puisé du Local Infrastructure Fund (LIF), avait été voté pour la réfection du marché de Rose-Hill, mais voilà que parallèlement, l’annonce est faite du projet de construction d’un nouveau marché qui sera entrepris par le ministère des Infrastructures publiques.
Sollicité, Reza Issack nie toute tentative de politiser le dossier. « En tant que député de la région, j’ai un devoir envers les citadins et lors d’une visite des maraîchers avaient soulevé plusieurs doléances et problèmes tels que l’insalubrité des lieux, entre autres. Par la suite, j’ai écrit au ministre des Administrations régionales et au maire de la ville pour faire le nécessaire et je concède que des travaux ont été effectués. J’ai également soulevé la question à l’ajournement au Parlement en juillet dernier pour que le nécessaire soit fait et que les fonds soient débloqués pour un nouveau marché. Je suis aussi intervenu auprès du ministre des Finances et celui des Infrastructures publiques », explique-t-il. La NDU, l’a par la suite, informé de la site visit d’hier et il s’y est rendu.
Cette visite des lieux avait pour but de faire un assessment de la situation. Reza Issack précise qu’il n’est pas question de raser complètement le marché, mais de moderniser la structure afin de rendre le marché plus hygiénique, aéré, spacieux et mieux éclairé. Ce dernier insiste par ailleurs sur la préservation des murs et des grilles qui entourent le marché qui revêtent d’un cachet historique.
Au sujet de la présence d’activistes rouges, Reza Issack se défend d’un quelconque esprit partisan. « Ces derniers sont venus librement par curiosité et par intérêt pour leur ville », explique le député.