En dépit du fait que le groupe Currimjee Jeewanjee a fini par obtenir l’aval du Conseil de district de Grand-Port pour aller de l’avant avec la construction de son hôtel Le Chaland Resort à La Cambuse, les opposants continuent leur combat pour barrer la route à ce projet. Outre les deux appels logés d’une part, par le Forum Citoyens Libres (FCL) et, d’autre part, par la coalition Aret, Kokin Nu laplaz au Tribunal de l’Environnement, il est désormais question de demande d’injonction pour stopper tous les travaux en attendant que les deux appels devant le Tribunal de l’Environnement soient entendus. Parallèlement, ces opposants se sont procuré de nouvelles armes en brandissent des extraits d’un rapport de Heritage Research Indian Ocean (HRIO), pourtant initialement commandité par les promoteurs. Le groupe Currimjee, qui a finalement choisi de faire appel à un autre rapport, celui du professeur Summers et son épouse pour la soumission de son projet aux autorités compétentes, dénonce ce qu’il appelle “les inexactitudes et les erreurs flagrantes” dans le document produit par le HRIO.
Dans leur appel logé au Tribunal de l’Environnement, les opposants insistent, entre autres, que le projet du groupe Currimjee se situe sur une zone sensible et à l’encontre de la National Development Strategy of Mauritius. Faisant ressortir qu’ils n’ont pu exprimer leurs griefs lors de l’unique hearing organisé par le Conseil de district de Grand-Port le 14 août dernier, ils indiquent en outre que le projet Le Chaland Ressort Hotel est situé en dehors de la Tourism Development Zone et de l’Outline Planning Scheme de Grand-Port, déplorant que les autorités n’ont pas tenu compte des impacts écologiques d’une telle construction à La Cambuse.
C’est également dans cette optique que les protestataires ont décidé d’avoir recours à une injonction de la Cour suprême en vue de “stopper les travaux” en attendant que leurs griefs soient pris en considération par le Tribunal de l’Environnement. La première demande d’injonction a été déposée mardi dernier par le FCL et l’affaire, entendue jeudi, a été renvoyée à une date ultérieure. La deuxième sera déposée en début de cette semaine par la coalition Aret Kokin Nu Laplaz.