La juge Rehana Mungly-Gulbul, dans un jugement qu’elle a rendu hier, a rendu interlocutoires les ordres qu’elle avait émis précédemment, interdisant à PADCO d’opérer ses grues au-delà de 18 heures.
L’initiative revient à Chan Yam Kwong Ah Fong et sa fille Kristel Foong Chue Ah Fong, les plaignants Nos 1 et 2 dans cette affaire. Ils indiquent, dans l’affidavit qu’ils ont juré pour soutenir leur plainte, qu’ils sont propriétaires d’un immeuble de six étages à la rue sir Virgil Naz, Port-Louis, où ils occupent le dernier étage. C’est leur résidence familiale, et la fille, qui est en classe terminale du cycle secondaire, doit étudier jusqu’à tard la nuit.
Les deux plaignants ont fait ressortir que vis-à-vis de la Pearl House, il y a un site de construction d’un immeuble de vingt étages connu comme le Citadel Mall. Ce projet émane de la compagnie Orland Ltd, qui a offert le contrat pour sa réalisation à Phil Alain Didier Co Ltd (PADCO). C’est cette compagnie qui, pour les besoins des travaux, doit opérer des grues. Celles-ci doivent impérativement passer sur la Pearl House, ce qui cause une certaine nuisance à la vie familiale des plaignants, pour ne pas dire une source de danger, avec les deux plaques de béton installées à l’extrémité de chacune des grues.
En Cour, les plaignants ont non seulement assigné comme défenderesses Nos 1 et 2 dans la motion les deux compagnies précitées, mais aussi la mairie de Port-Louis, le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie, celui de l’Environnement, l’État, l’inspectorat du ministère du Travail et le Town & Country Planning Board. Ils avaient fait les demandes suivantes : interdire à PADCO et Orland de a) operating their cranes over the propriety/belonging to the applicants situate at Sir Virgil Naz, Port Louis ; b) carrying on any works after 6 p. m. on the said construction site ; c) operating the two cranes after 6 p. m. and/or conducting their business in such a way as to disturb applicants’ life and peace of mind.
Après avoir entendu en Chambre chacune des parties assignées, la juge considère que les plaignants ont un dossier solide surtout que les travaux, qui durent souvent jusqu’à 22 heures, causent pas mal de bruit. Cela est d’autant plus réel lorsque les grues sont en opération, ce qui gêne la plaignante N° 2 dans ses études.
La juge, dans ses conclusions, écrit ce qui suit : « I therefore grant an interlocutory injunction ordering PADCO and/or Orland, their employees agent/s préposé/s and/or any other/s person/s acting on its behalf from a) operating their cranes over the applicants’ property situate at Sir Virgil Naz Street, Port Louis ; b) carrying on any works after 6 p. m. on the said site ; et c) operating the two cranes after 6 p. m. and/or conducting their business in such a way as to disturb applicants’ life and peace of mind. »