Il était reproché à la Road Development Authority (RDA) d’avoir fait l’acquisition « illégale » d’un terrain pour entamer la construction d’un « by-pass » à Goodlands. La propriétaire terrienne avait soutenu que son bien foncier n’avait jamais été repris par le ministère des Terres et du Logement et qu’ainsi, la RDA n’avait « aucun droit » de s’emparer de son terrain pour des travaux. Le juge Asraf Caunhye lui a donné raison, concluant que la RDA lui avait causé préjudice en faisant fi du fait qu’elle était la propriétaire légitime du terrain et en procédant à des travaux de construction, et ce alors que le ministère concerné n’en avait pas fait l’acquisition.
Ledit terrain se situait à Chemin de Balisage, à Goodlands. Le propriétaire s’adonnait à la plantation de cannes à sucre sur ce terrain. Le 31 juillet 2009, la propriétaire reçoit une lettre de la compagnie Gamma Construction Ltd lui demandant de procéder à la récolte de la canne à sucre avant de quitter le terrain pour des besoins de construction. Il s’est avéré que le 26 mai 2009, la compagnie de construction avait obtenu un contrat de la RDA pour ériger une « by-pass road » à Goodlands. La propriétaire devait riposter en s’adressant, par voie postale, au ministère des Terres et du Logement et à la RDA, leur rappelant qu’elle était toujours l’unique propriétaire légitime de ce terrain. En Cour suprême, le juge des référés avait émis une injonction interlocutoire contre  la RDA et la compagnie de construction, les empêchant d’avoir accès au terrain. Toutefois, ces derniers n’auraient pas respecté l’ordre du juge en continuant les travaux. Selon la plaignante, ces derniers ont « illégalement » pris possession de ses terres et ont, lors des travaux, détruit sa plantation de canne à sucre, lui occasionnant une perte de Rs 30 000.
Le juge Asraf Caunhye devait ainsi trouver que la RDA avait causé préjudice à la propriétaire en assumant à tort que le ministère des Terres et du Logement avait fait une « acquisition forcée » du terrain. De ce fait, estimant aussi les pertes encourues par les actes de la RDA, le juge a sommé cette dernière de payer un total de Rs 80 000 à la propriétaire terrienne.