Craignant pour leur santé et leur sécurité, des habitants de Bain des Dames et de Cassis, regroupés au sein de l’Ong Le Samaritain, réclament l’arrêt du projet de construction d’un parc de réservoirs (« tank farm ») d’huile lourde à Bain des Dames pour le compte du Central Electricity Board. C’est ce qu’ils ont fait comprendre aujourd’hui lors d’une rencontre avec la presse à côté du site en question.
« Le gouvernement, à travers le ministère de l’Environnement, ambitionne de faire de notre pays une ‘Cleaner, Greener and Safer Mauritius’ », mais dans la réalité c’est un environnement dégradé et dangereux pour notre santé et notre sécurité qu’il est en train de préparer pour nos enfants à travers ce projet de « tank farm » dans notre quartier !», s’est indigné Jim Ramen, le président de l’Ong Le Samaritain et porte-parole des habitants de Cassis/Bain des Dames. Entouré des habitants du quartier dont Idriss Rojah, de Jean-Paul Edward et de Dan Shiblall, il animait une rencontre avec la presse à côté du site où le Central Electricity Board (CEB) est en train de faire construire le parc de réservoir d’huile lourde sur la plage de Bain des Dames.
Jim Ramen s’offusque que le CEB ait commencé les travaux pour la construction de son parc de réservoirs sans que les habitants du quartier en soient vraiment informés. « Fode nou trouv pe bare, gro gro masinn rantre pou ki nou kone ki pe fer kiksoz a kote de nou. Ler-la nou finn aprann ki CEB pe fer », explique-t-il.
Le porte-parole des habitants de Cassis/Bain des Dames s’interrogent par ailleurs sur les circonstances dans lesquelles le CEB a eu son Environment Impact Assessment (EIA) Licence. « Nou finn aprann ki depi septam 2013 CEB finn gayn so lisans EIA. Pa finn ena okenn konsiltasion ek dimounn ki konserne ek ki pe afekte ar sa proze-la… !», dit-il.
Jim Ramen a affirmé que les habitants du quartier sont d’autant plus frustrés que, malgré leurs protestations, la municipalité de Port-Louis a accordé le 7 juillet dernier un Building and Land Use Permit (BLUP) au CEB pour son projet de tank farm. « Dabor bizin kone ki CEB finn koumans lafouy avan ki li gayn so BLUP, seki illegal. Enswuit, kan nou finn al dan « hearing » pour sa building permit-la, le prezidan komite-la finn ekout selma seki bann reprezantan CEB ti pe dir…Zot ti vinn ek bel bel dosie ; nou napa ti ena okenn papie», avance-t-il. Et de rappeler que les habitants ont décidé de faire appel auprès de l’Environment and Land Use Appeal Tribunal contre cette décision de la MPL d’octroyer un BLUP au CEB pour son projet. « Nou espere ki par respe pou Tribinal lanvironma ek par respe pou nou ek par desans pou li-mem, CEB pou aret bann travo ziska ki tribinal pran enn desizyon ! », a-t-il confié au Mauricien après la conférence de presse.
Idriss Rojah, qui habite à moins de 25 mètres du site, se plaint de la pollution sonore, de la poussière et des vibrations en provenance du site. « Television tranble dan lakaz ar vibrasyon kan marto-pilon-la tape ; nepli kone kot pou ale pou pa tann sa tapaz-la. Pa koz la pousier? Li anvayi partou !», déplore-t-il.
Jean-Paul Edward s’alarme, lui, des rumeurs selon lesquelles après le tank farm, le CEB se propose de mettre sur le site des installations de gaz de pétrole liquéfié (GPL ). « Deza ena environ 10 zan de sela, enn tiyo luil lourd ki alimant Fort Victoria ek ki travers nou kartie finn ena enn fwuit. Pompier ti pran de semenn pou aret sa…Ki pou pase aster ki ena bann tank ek GPL ek ki ena enn eksplozion?», s’interroge-t-il. « Eski nou pa morisien dernie grad? Nou ti demann enn parkour de sante lor sa sit-la…Olie zot pran kont nou la sante, se ekzakteman le kontrer ki zot fer : zot met nou la vi mem an danze ! », s’offusque Jim Ramen pour sa part.
Quoi qu’il en soit, rappelons qu’au grand dam des habitants, le CEB a jusqu’ici franchi tous les obstacles administratifs pour son projet de parc de réservoirs à Bain des Dames. En effet, le 30 septembre 2013, le ministère de l’Environnement a donné son EIA Licence au CEB pour son projet de parc de réservoirs à Bain-des-Dames. Cette licence est assortie de pas moins de 25 conditions que le CEB est tenu de respecter. Le 30 octobre 2015, c’est au tour du National Ramsar Committee (du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire) d’octroyer « exceptionnellement » une Ramsar Clearance au projet, et ce étant donné que ce dernier est situé sur un “wetland” (marécage). Et le 7 juillet dernier, c’est la MPL qui lui a donné son BLUP, malgré une pétition des habitants (le 8 juin 2016)  s’opposant à l’octroi de ce permis au CEB.