La polémique enfle autour de la construction de toilettes publiques sur la Klondike Road, à Flic-en-Flac, en face de résidences. Des habitants en colère comptent loger une demande d’injonction la semaine prochaine pour contester le projet de la Beach Authority. Une initiative qui, en outre, n’aurait pas reçu l’aval du ministère des Terres et du Logement.
« Si mes informations sont fausses, je défie la Beach Authority (BA) de me poursuivre en justice », lance Georges Ah Yan. L’activiste écologiste, membre du Forum Citoyen Libre (FCL), met en doute cet organisme chargé du développement et de la maintenance des plages publiques. « Pour que ce projet prenne vie, il faut que la BA soit en possession de plusieurs documents, dont le Building and Land Use Permit (BLUP) ou encore émanant de la Waste Water Management Unit », soutient le membre de la Platform Sov Nou Laplaz (PSNL). Et de marteler : « S’il y a des fuites, si les travaux avancent dans de mauvaises conditions – en ne respectant pas les consignes –, ce sont les habitants qui paieront le prix fort. »
Soutenant les habitants de la Klondike Road – dont les maisons sont situées en face du chantier de construction –, il fustige le « laxisme » des autorités à ce sujet. « Chaque fois que nous dénonçons les travaux de la BA, nous avons l’impression que les autorités ne sont pas inquiétées. À ce jour, nous n’avons pas entendu un seul mot sur le lancement d’une enquête à ce sujet », dit-il.  
Du côté du ministère des Terres et du Logement, les travaux entrepris par la BA a fait l’effet d’une surprise. « Bien que la BA soit chargée de la maintenance des plages publiques, le ministère des Terres et du Logement a un droit de regard sur les travaux en cours sur les terres de l’État », soutient notre intervenant. Toutefois, le mystère plane sur la livraison de permis de construction sur ce quartier de Flic-en-Flac. En l’absence à l’origine d’un Notice Board, le début des travaux a été vivement déploré. De plus, les habitants soutiennent qu’ils n’ont pu contester ce projet car « aucun panneau n’y avait été placé avant le début des travaux ». Réclamant la « transparence », Georges Ah Yan a invité la BA à publier toutes les « clearances » reçues pour ce projet. Il demande aussi aux autorités de prendre les mesures nécessaires « afin d’arrêter ce massacre ». Les habitants feront une demande d’injonction la semaine prochaine. En attendant, ils réclament aux promoteur de prendre en considération leur requête, en l’occurrence de revoir l’emplacement des futures toilettes publiques de sorte que celles-ci se situent à au moins 50 mètres des résidences de la Klondike Road.