Trois gros ministères sont au programme du jour des consultations présidées par le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, dans le cadre du budget 2017/18, qui sera présenté à l’Assemblée nationale le 8 juin prochain. Cette étape devra être complétée mardi prochain au retour du Grand Argentier de mission officielle en Inde. En marge de ces consultations et dans le sillage des délibérations de la dernière réunion du Monetary Policy Committee, la Banque de Maurice, par le truchement de la publication des Minutes of Proceedings de cette instance, identifie les Downside Risks à la croissance pour cette année, dont les retards dans la mise à exécution d’importants projets dans le secteur public ou encore la menace de la montée du protectionnisme dans le monde. D’autre part, avec la retransmission en direct des débats à l’Assemblée nationale et en perspective des débats sur le budget, Lalit revient à la charge au sujet de la langue kreol au Parlement. Lalit lance un appel aux parlementaires pour qu’ils privilégient le kreol lors de leurs interventions sur le prochain budget.
Pour la deuxième journée de consultations sur le budget, Pravind Jugnauth prévoit des séances de travail consacrées à trois importants ministères. En début d’après-midi, il devra recevoir le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, et ses plus proches collaborateurs. Trois dossiers majeurs devront figurer en principe à l’agenda, à savoir le coût du Metro Express avec l’allocation prochaine du contrat, la réforme annoncée au sujet des subventions de plus de Rs 1,2 milliard pour le Free Bus Transport Scheme aux personnes du troisième âge et aux jeunes fréquentant les institutions scolaires, du primaire au tertiaire et l’enveloppe pour le Road Decongestion Programme (RDP).
Les deux autres ministères sont l’Éducation et la Santé avec des budgets frisant la barre des Rs 10 milliards chacun. En guise d’intermèdes à ces consultations, le Premier ministre et ministre des Finances aura également des séances de travail avec le ministre du Tourisme, Anil Gayan, et le ministre des Arts et de la Culture, Prithviraj Roopun. Une interaction avec les parlementaires de la majorité devra clôturer sa journée de consultations budgétaires.
Demain après-midi, cinq autres ministres sont attendus au Prime Minister’s Office pour le même exercice, soit dans l’ordre ceux de la Sécurité sociale, de l’Agro-industrie, de l’Industrie, de l’Attorney General’s Office et de la Jeunesse et des Sports.
De son côté, la Banque de Maurice a balisé les principaux enjeux en prévision du budget lors de la dernière réunion du Monetary Policy Committee. Les Minutes of Proceedings de ces délibérations, publiées officiellement, confirment que le taux de croissance sera dans la fourchette de 3,8 % à 4 %. La Banque Centrale note que « domestic economic growth is expected to remain sustained in 2017, dependent on the implementation of public and private investment projects. Accommodative monetary conditions and business optimism as revealed in private sector confidence surveys are expected to support domestic economic activity over the forecast horizon. However, downside risks to growth would include, inter alia, delays in launching public investment projects, longer-than-expected corporate deleveraging, rising protectionism, declining productivity trends and geopolitical tensions ».
Les autres préoccupations abordées par les membres du Monetary Policy Committee portent entre autres sur la performance à la baisse du secteur des exportations aussi bien que « the implications of rising wage growth and labour productivity in the economy ».
Dans un autre ordre d’idées mais concernant toujours le budget s’inscrit l’appel de Lalit en faveur de l’entrée du kreol par la grande porte de l’Assemblée nationale. « On this 25th Anniversary of Mauritius’ status as a Republic and, at the same time, on the eve of 50th Anniversary of Independence, LALIT is hereby making a public appeal to Members of Parliament to begin their speeches on the 2017 Budget in Mauritian Kreol, at least until they are ruled out-of-order by the Speaker. The people of Mauritius have a right, even more so now that there is live broadcasting of Parliament, to understand what exactly their elected representatives are saying in the National Assembly, in particular over the Budget when the issues being discuss pertain to public funds, i.e.the public’s money », recommande Lalit aux parlementaires en marge des débats budgétaires.
Après avoir rappelé l’intervention en kreol de l’ancien député Azize Asgarally en 1977 sur une motion privée au nom de sir Anerood Jugnauth et le combat du conseiller municipal Mamode Ellam en 1922 comme évoqué dans un article du journaliste Henri Marimootoo dans l’édition de Week-End du 5 février 2006, pour le kreol, Lalit affirme que « it would be wonderful if 2017 were to be the year that Kreol took its place, as an option, in the National Assembly ». A cet effet, le scénario proposé par Lalit est que « we call on them, when they stand up for their budget speech, to speak Kreol (and make a point of doing so in a very appropriate, formal register) until such time as the Speaker rules them out of order. Then it is the Speaker who is imposing English or French on each MP, and not our elected MPs who are submitting voluntarily ».
Lalit soutient qu’avec cette forme passive de résistance, « it would be fitting for The National Assembly is the only democratic part of the Mauritian State at national level to be at the forefront of this kind of democratic reform ».