Si les autres dissidents intervenant hier soir lors d’une réunion au centre Nelson Mandela, à Quatre-Bornes, ont été unanimes à cibler Paul Bérenger pour expliquer leur ras-le-bol du MMM, l’ancien bras droit du leader des mauves, Alan Ganoo, a lui été particulièrement dans le registre émotionnel quand il a évoqué l’« inhumanité » et « le manque d’empathie », selon lui, de Paul Bérenger envers les militants. Ils ont par ailleurs annoncé le lancement d’un nouveau parti politique le 17 mai prochain à l’auditorium Octave Wiehe, Réduit, afin, disent-ils, de « préserver l’héritage et les valeurs du MMM ».
« Nou rekonet ki Bérenger enn gran leader. Li ena lintelizans, me enn leader pa zis lintelizans li bizin ena. Kouma leader, ou bizin ena seki Angle apel “emotional intelligence”. Ou bizin konn ekoute, ou bizin ena santiman, ampati e dan ou leker ou bizin ena lamour », a lancé Alan Ganoo d’une voix remplie d’émotion à une salle bondée. Pour lui, un leader ne peut se servir des gens et ensuite « zet zot kouma enn soset sal kan ne pli bizin zot ». « Ou bizin rekonet ou elektora e non kit ou elektora pou al galoup deryer elektora ou kamarad ». De même, a-t-il ajouté, un leader ne peut rejeter les candidats que les électeurs ont choisis « e zet zot kouma payasson ». Pour Alan Ganoo, un leader doit savoir parler aux gens. « Li bizin konn koz ar so bann zom dan so parti. Ou bizin konn koz ar dimounn », a-t-il insisté. « Pa zis lintelizans ki inportan. Ou bizin konn konpran atant elektora de ou parti ».
C’est pour toutes ces raisons que l’ancien bras droit de Paul Bérenger aurait claqué la porte au MMM. « Pli inportan se get divan », a-t-il précisé. Dans ce contexte, Alan Ganoo a annoncé le lancement d’un parti politique, le dimanche 17 mai à l’auditorium Octave Wiehe, Réduit. « Nou parti pou demark li de bann parti tradisyonel kot zis enn klik ki dirize. Nou parti pou enn parti demokratik modern ki pou fer plas pou bann zen. Enn parti ki pou ena enn program inspire de bann valerr du MMM, ki pou reponn a latant de la popilasyon e bann zenn an partikilye », a-t-il annoncé. Et d’avancer que les dissidents MMM veulent, en créant ce nouveau parti, préserver l’héritage de ce parti. « Enn leritaz ki nou tou finn kontribye pou kree pandan de zane ». Évoquant l’affaire BAI, Alan Ganoo a souhaité que le gouvernement fasse le maximum pour préserver les emplois. Au sujet « du nombre grandissant de cas d’agression sexuelle sur les enfants », il a exhorté le gouvernement à introduire une Child Protection Act. « Fode ki introdwir enn “duty to report” lor bann mamb d’enn fami ki kone ki enn zanfan pe atake, me ki res trankil ».