En cette dernière semaine de 2011, période de pointe pour les activités commerciales, la municipalité de Beau-Bassin / Rose-Hill et la police redoublent de vigilance s’agissant de marchands ambulants qui veulent à tout prix s’installer dans le centre-ville. La tension est quelque peu palpable mais les cadres municipaux et les responsables de la police sont sereins, affirmant que la situation est « sous contrôle ». Quelques marchands multiplient par ailleurs les démarches auprès de certains politiciens pour faire fléchir la municipalité.
Même si le centre-ville de Rose-Hill est libéré des marchands « ambulants-fixes » – à la grande satisfaction des habitants, des opérateurs économiques et de ces milliers de personnes qui y transitent quotidiennement –, il n’est un secret pour personne qu’un groupe de ces marchands convoite toujours la Place Margéot, les trottoirs de la route Royale et la rue La Reine pour y installer leurs marchandises.
La mairie de Rose-Hill est ferme sur sa position. « Nous n’avons rien contre les marchands ambulants mais pas question d’aller à l’encontre d’un ordre interlocutoire de la Cour suprême émis le 15 décembre de l’année dernière et qui interdit les activités des marchands qui ne détiennent pas les permis appropriés », dit le maire Norbert Froget. Dans cet ordre interlocutoire la cour avait aussi demandé à la police et à la municipalité de BB-RH de faire libérer tous les espaces publics des villes soeurs qui étaient occupés par ces marchands se trouvant dans l’illégalité. Cette affaire va être prise sur le fond le 10 janvier 2012.
Malgré la vigilance accrue des autorités pendant la journée la semaine dernière, quelques marchands ambulants sont revenus à la charge tard dans la soirée du 24 décembre, prenant ainsi au dépourvu la police et quelques propriétaires de magasins. Des témoins racontent que des dizaines de marchands ont commencé à envahir une partie des trottoirs et que la discipline qui régnait dans la ville a été transformée subitement en une « situation chaotique ».
« En bloquant les devantures des magasins, ils ont forcé les commerçants à fermer leurs boutiques. Les policiers étaient complètement impuissants et nous avons eu l’impression de revivre les pires moments du dernier 24/7 à Rose-Hill en octobre dernier », raconte M. Permala, président de l’Association des commerçants de BB-RH, qui indique que cette association a le lendemain fait une déposition à la police contre cette « offensive » de marchands ambulants. Les dirigeants de cette association espèrent que les autorités ont pris toutes les dispositions nécessaires pour que ces « marchands ne récidivent pas » durant ces trois prochains derniers jours de l’année.
« Dans la déposition que nous avons faite, nous avons réitéré notre demande à la police pour un contrôle accru les 30 et 31 décembre. Ce sont deux jours qui traditionnellement attirent la grande foule pour les achats de fin d’année », explique M. Permala. Le maire affirme de son côté que la mairie est consciente de l’agitation qui s’amplifiera dans les jours qui suivent dans le centre nerveux de la ville et qu’elle va redoubler de vigilance. « Ce n’est pas maintenant que nous allons baisser les bras et laisser faire les marchands qui sont dans l’illégalité. Nous allons maintenir la pression et travailler de concert avec la police, comme cela a été le cas depuis le début de la saison des fêtes », affirme Norbert Froget.
Tant à la mairie qu’à la police plus d’un soulignent la collaboration entre ces deux autorités pour faire régner la discipline dans le centre de Rose-Hill, considéré comme le centre nerveux en cette période festive. « Il y a une très bonne coordination entre la police et la mairie », dit un cadre de la municipalité. La Western Division de la police, sous la responsabilité de l’ACP Max Louison, a renforcé l’équipe de patrouille dans les centres de Rose-Hill, de Quatre-Bornes et de Beau-Bassin ainsi qu’aux abords de la cybercité et des grands centres commerciaux se trouvant dans ces villes.
Mais la police a un oeil particulier sur le centre de Rose-Hill en raison de l’intérêt des marchands ambulants. « Durant les jours précédant la Noël, le public a pu circuler librement à Rose-Hill sans être importuné par les marchands. Nous avons eu un bon feedback du public. Nous maintenons les mêmes dispositifs quant à l’ordre et la discipline cette semaine », dit l’ACP Louison. Le haut gradé ajoute que la police durant la journée du 24 a pris en contravention deux marchands qui se sont installés Place Margéot et a saisi leurs marchandises.
Face à la fermeté de la mairie de BB-RH, quelques marchands ambulants n’hésitent pas à faire appel à des politiciens – dont certains bien placés – pour plaider leur cause. Des employés à la municipalité de BB-RH et dans d’autres mairies déplorent « l’ingérence politicienne » dans ce combat contre la prolifération des activités commerciales illégales dans la ville. « Vous n’imaginez pas la pression politique sur nous en ce moment. C’est déplorable et inadmissible ! » confie au Mauricien un de ces employés.