La Contract Vehicle Proprietors Organisation (CVPO) a été relancée hier et compte soumettre certaines propositions aux autorités compétentes en vue d’améliorer les conditions de travail des propriétaires de Contract Van. Cehl Meeah, leader du Front Solidarité Mauricien (FSM), s’est joint à l’association en tant que porte-parole.
« Je serai la barrière entre les Contract Vans et la dégénérescence sociale », a lancé Cehl Meeah, hier à Port-Louis aux côtés des membres de la Contract Vehicle Proprietors Organisation (CVPO). Se faisant le porte-parole des propriétaires de Contract Vehicles regroupés au sein de cette association, le leader du FSM dit avoir la solution à leurs problèmes.
Dissoute l’année dernière par manque de fonds, la CVPO a été relancée hier lors d’une rencontre au Centre Social Marie Reine de la Paix avec les propriétaires de van. Selon son président, Nazim Nayeck, les autres associations dans lesquelles s’étaient regroupés ses anciens membres, n’ont pas fait ce qu’il fallait. Il déplore le manque d’initiatives en vue d’améliorer les conditions de travail des propriétaires des Contract Van. « Nu pe pati en plas. Ena diferan kriter ki pe afekte nu travay », devait-il laisser entendre. Parmi ses revendications : des subsides au même titre que les propriétaires d’autobus principalement sur le diesel ; le duty sur l’achat de véhicules ; la révision des conditions de travail par le gouvernement et la National Transport Authority (NTA). Selon lui, c’est le fait de ne pas avoir accès à ces facilités qui aurait contribué à appauvrir certains travailleurs de ce secteur. « Ena dimounn pe gagn ziss Rs 2 000 par mwa », a fait comprendre Nazim Nayeck. Et de lancer dans le même souffle : « Ena bis pe gagn tout sort kalite fasilite me nu nu pe ress an plas. »
Prenant la parole, Cehl Meeah s’est interrogé sur certains propriétaires d’autobus, qui « pe ress dan lakaz, pe gagn gro gro kass ek pe oze dir ki zot bann viktim transpor gratis. Letan gete zot pe profit la sitiasion. » Selon le porte-parole, le gouvernement devrait aussi reconnaître la contribution des propriétaires de van à l’économie. Cehl Meeah dit reconnaître que les propriétaires de van n’arrivent plus à « joindre les deux bouts ».
Le président du CVPO, pour sa part, pointe du doigt les nouvelles dispositions du gouvernement : principalement le « transpor gratis » et les conditions imposées par la NTA concernant l’enregistrement d’un accompagnateur. Nazim Nayeck souligne également que les contribuables ne peuvent être tenus pour responsables du Hedging. « Se pa nu ki bizin pey sa me bann gran patron-la. »