L’ancien vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, a été rattrapé dans la Betamax Saga avec un jackpot de Rs 10 milliards au groupe Bhunjun. Son nom a été cité hier au début de l’interrogatoire Under Warning du Senior Chief Executive, Kandasamy Pather, qui a repris cet après-midi au Central CID. Un autre ministre de l’ancien gouvernement, Rajesh Jeetah, pourrait suivre les pas de son collègue pour emprunter l’escalier principal des locaux du Central CID probablement en début de semaine.
La séance de questioning de cet après-midi s’avère déterminante car elle concernera l’intervention directe du Big Boss dans les procédures en vue d’accélérer l’octroi du contrat au groupe Bhunjun pour le fret pétrolier au nom de la State Trading Corporation (STC). À partir de là, d’autres développements sont à prévoir dans cette enquête, confiée aux limiers de la Cyber Crime Unit sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi.
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes indiquent que le témoignage du chef de Cabinet au ministère des Infrastructures publiques en 2008 et 2009 permet de mieux comprendre les dessous dans la Betamax Saga en vue de favoriser le groupe Bhunjun, dont la proximité familiale avec l’ancien ministre Jeetah peut difficilement être contestée. Il a fait état de « menaces et pressions » exercées par l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques à partir de la réunion du conseil des ministres du 19 décembre 2008, soit lors de la même séance du cabinet où le premier Stimulus Package de Rama Sithanen avait été adopté pour faire face à la crise du Subprime aux États-Unis et en Europe en 2008.
« Anil Bachoo m’a fait comprendre que si je ne rédigeais pas cette correspondance sur la base des directives du conseil des ministres pour être transmis à Vikram Bhunjun au sujet de l’autorisation pour le financement et l’opération d’un pétrolier au nom de la STC, je n’avais plus ma place au ministère. J’ai subi des menaces et des pressions », a déclaré en substance le Senior Chief Executive Pather en reconnaissant qu’il avait bel et bien signé la lettre du 12 janvier 2009 avec copie au ministère du Commerce.
L’interrogatoire de Kandasamy Pather, sur qui pèsent deux charges de violation des procédures sous la Central Procurement Act et de Conspiracy lors de l’octroi du contrat à Betamax Ltd, pourrait durer jusqu’à la fin de la semaine compte tenu du volume de détails à être contrôlés avec la collaboration de ce chef de Cabinet. Ce dernier a fait comprendre aux enquêteurs qu’il ne partageait pas l’opinion du gouvernement sur ce projet pour justifier sa réticence à signer la lettre du 12 janvier 2009. Il affirme qu’à cette époque il ne connaissait pas Vikram Bhunjun, qui fréquentait régulièrement le bureau du vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques.
Le Senior Chief Executive, aujourd’hui à la tête du ministère du Logement et des Terres, est porteur d’autres révélations avec notamment des détails sur l’intervention du Big Boss lors des procédures menant à la signature du contrat entre la STC et le groupe Bhunjun, le 27 novembre 2009. D’ailleurs, il devra dévoiler l’identité du Big Boss, qui sera sommé de venir s’expliquer aux Casernes centrales à ce sujet.
Kandasamy Pather a bénéficié d’une remise en liberté sur parole accordée par le Central CID pour pouvoir rentrer chez lui vers 17 h hier après son interrogatoire. Tel pourrait être le cas de nouveau en fin de journée et les enquêteurs décideront demain si dans la conjoncture, ce haut fonctionnaire devra être inculpé provisoirement ou non relativement aux deux chefs d’accusation susmentionnés.
Avec les averements de Kandasamy Pather et les allégations portées contre l’ex-vice-Premier ministre et aspirant leader du Labour lors d’un éventuel départ de Navin Ramgoolam, la convocation d’Anil Bachoo au Central CID ne se résume qu’à une question de timing. Cette étape pourrait s’échelonner sur plusieurs jours vu que l’ancien ministre Bachoo est un des protagonistes de premier plan au même titre que Rajesh Jeetah. L’interrogatoire de celui-ci devrait suivre de très près l’escale d’Anil Bachoo aux Casernes centrales dans les prochains jours…