Depuis la mi-journée, l’ancien directeur général de la State Trading Corporation (STC), Ranjitsing Soomarooah, est interrogé Under Warning dans les locaux du Central CID, aux Casernes centrales, dans le cadre de l’enquête initiée sur le contrat jackpot de Rs 10 milliards de Betamax. De son côté, Vikram Bhunjun, du groupe Bhunjun a initié un procès de réclamations contre la STC pour un montant de Rs 5,2 milliards pour la rupture du contrat du pétrolier Red Eagle assurant le fret entre l’Inde et Maurice. Ce contrat d’une durée de 15 ans est au centre de controverses politiques depuis plusieurs années déjà.
L’ancien N° 1 de la STC, en compagnie de son homme de loi Me Rama Valayden, a emprunté les escaliers menant à l’Interrogation Room du CCID aux alentours de 12 h 40. Dans une brève déclaration à la presse, l’homme de loi de Ranjitsing Soomarooah a fait comprendre que « mo client la pou dire toute la vérité ».
L’ancien patron de la STC devra donner des explications à la police concernant les raisons de son silence, alors que l’une des conditions majeures, à l’effet que les Freight Rates pour le pétrolier soient impérativement indexés à l’Indicative Market Rate du Baltic Exchange, avait été ignorée dans le contrat rédigé. Cet oubli prémédité a eu pour conséquence que le groupe Bhunjun, propriétaire du pétrolier Red Eagle, a été nettement favorisé sur le plan financier et de la profitabilité.
Ranjitsing Soomarooah devra également aborder les mesures adoptées par la STC pour éviter cette dilapidation des fonds publics avec un projet de cette envergure alloué sans aucun exercice d’offres et encore moins sans le feu vert du Central Procurement Board (CPB). Il pourra être confronté aux objections de l’Assistant Solicitor General, qui avait réclamé en trois fois par voie de lettres que le contrat soit “legally in order” et ses réponses devront être déterminantes pour le traitement qui lui sera accordé par la police. En début d’après-midi l’interrogatoire de Ranjitsing Soomarooah se poursuivait toujours au CCID.