Le contrat du Dr Praveen Mohadeb arrive à terme le mois prochain. Il avait été nommé à la tête du board de la Tertiary Education Commission (TEC) en 2009. Cependant, certains membres s’opposent à ce que le Dr Mohadeb soit reconduit dans ses fonctions, arguant qu’il a, dans le passé, été mêlé à des polémiques touchant à l’éducation tertiaire. « Je suis serein car j’ai fait le travail comme il le fallait durant ces trois ans », soutient toutefois le président du board.
La nomination du Dr Praveen Mohadeb en tant que Executive Director de la Tertiary Education Commission en 2009 avait fait des mécontents. Le mois prochain son contrat de trois ans arrive à terme et les lobbies pour qu’il ne soit pas reconduit ont déjà commencé, soutient-on. D’ailleurs, des membres du board ont adressé un courrier cette semaine au bureau du Premier ministre et à celui du ministre de l’Enseignement supérieur en vue de faire part de leur désapprobation à ce sujet.
Les détracteurs soulèvent plusieurs points de contestation : le Dr Mohadeb aurait été mêlé à plusieurs polémiques touchant au secteur tertiaire. Ils font aussi allusion à une enquête de l’ICAC concernant une affaire d’allégations de conflit d’intérêts. Toutefois, le Dr Mohadeb  indique qu’en ce qui concerne Mauras College of Dentistry, « cette affaire est déjà bouclée ». Ces membres du board citent aussi l’affaire de  reconnaissance des diplômes de l’Eastern Institute.
Par ailleurs, en ce qui concerne une réunion spéciale du board de la TEC aujourd’hui, qui selon certains, aurait pour but de se pencher sur la prorogation du contrat du Dr Mohadeb, ce dernier rétorque « qu’il s’agit d’une réunion qui avait été renvoyée et qui a d’autres agendas prévus ».
Au Mauricien, le Dr Mohadeb se dit serein quant au travail accompli par la Tertiary Education Commission. « Ce contrat de trois ans arrivant à échéance, c’est normal qu’une décision doit être prise. Quoi qu’il en soit je l’accepterai car je suis satisfait de mon travail. D’ailleurs, les accomplissements de la TEC ces dernières années le démontrent. » Cependant, le directeur de la TEC indique qu’il ne baissera pas les bras face à ceux qui veulent ternir sa réputation. « Nous n’avons pas de problèmes avec nos institutions tertiaires et c’est la preuve que la TEC fait son travail », ajoute le Dr Mohadeb qui dresse une liste des projets accomplis par l’organisme ces dernières années. La TEC, dit-il, a introduit plusieurs politiques pour augmenter l’accès à l’éducation tertiaire. Entre autres, il cite des Foundation Courses pour les titulaires d’un A Level, le Recognition of Prior Learning Framework et les heures d’ouverture étendues pour les institutions tertiaires. Pour ce qui est des cours et de la qualité de la formation dispensée, indique le Dr Mohadeb, plusieurs frameworks et normes ont été imposés et il  y a régulièrement des audits de qualité pour s’assurer que les institutions respectent les normes. Par ailleurs, la TEC a aussi grandement contribué à travers ses Research Funds and Schemes pour promouvoir la recherche dans le pays.  Pour ses projets futurs, la TEC travaille sur un nouveau Strategic Plan qui sera bientôt rendu public. Parmi les autres projets, on retrouve l’introduction d’un Graduate Internship Programme, un Post Graduate Diploma in Higher Education pour les chargés de cours et des National Research Chairs additionnelles. Ainsi, conclut le Dr Mohadeb, « la TEC est une institution qui a plein de défis à relever et elle travaille en ce sens. Il faut que le bon travail continue ».