Le leader du MMM a, lors de la conférence de presse hebdomadaire du parti samedi, félicité Megh Pillay, directeur de la State Trading Corporation, pour la manière dont il a mené les négociations en vue du renouvellement du contrat avec la Mangalore Refineries pour la fourniture des produits pétroliers. Selon Paul Bérenger, des « négociations très ardues » ont permis de régler des questions en suspens et d’apporter des changements sur certains aspects de l’accord signé à l’époque, dit-il, où Rajesh Jeetah était ministre du Commerce.
« Megh Pillay n’est pas un paillasson. Il y a eu des tough discussions à la manière de Megh Pillay et, finalement, les changements nécessaires sur plusieurs points avant la signature du renouvellement du contrat. Je le félicite », a déclaré Paul Bérenger, qui a aussi qualifié le directeur de la State Trading Corporation (STC) de « vrai patriote ». Le leader du MMM souligne que Megh Pillay a livré quelques détails de ce nouveau contrat dans la presse indienne, mais qu’il serait bon que l’accord soit rendu public, comme l’a demandé, dit-il, sir Anerood Jugnauth. « Même si Megh Pillay représente une garantie, il n’est pas de trop de rendre public le contenu de cet accord. C’est nécessaire pour la transparence. »
Utilisant un ton plus grave, le leader mauve a ensuite évoqué l’affaire « Laureat Trust », qui aurait des liens, dit-il, avec l’organisation PAWS et « la secte » de l’Église chrétienne. Paul Bérenger dit prendre ce dossier « très au sérieux » car, selon ses renseignement, des « sommes d’argent énormes » seraient concernées et injectées dans « l’immobilier et ailleurs ». Le leader du MMM rappelle que Ravir Mathoorasingh, l’ancien assistant directeur général de PAWS – et qui est aussi un ancien trustee du “charitable trust” –, a fait des allégations très graves sur ce « trust ». Paul Bérenger lance une sévère mise en garde à ceux qui seraient directement concernés par ce “Laureat Trust” et demande aussi la police et la Financial Services Commission de jouer leur rôle. « Mo anvoy enn sinial for a tou dimoun konserne, fer byen atansion. »  Selon Paul Bérenger, il y a là matière à enquête. Aussi celui-ci dit son souhait que « toute la lumière soit faite » sur le sujet. Toutefois, il se demande aussi « vers quel organisme se tourner » pour « faire la lumière », car la population, dit-il, « a perdu confiance dans les organismes censés être des chiens de garde ». Et de poursuivre : « En attendant qu’un prochain gouvernement rouvre ce dossier pour faire toute la lumière, nous devons faire bien attention. »
Le leader des mauves a aussi commenté la situation par rapport à la fièvre A (H1N1) dans le sillage du décès d’un jeune homme de 33 ans qui avait contracté ce virus. Selon Paul Bérenger, il est « inexact »  de dire que la grippe H1N1 serait moins dangereuse que les deux autres grippes et qu’il y a une « inquiétude dans la population ». Il ajoute que la situation se complique davantage avec le spectre de la dengue et du coronavirus. « Tous les médecins sont d’accords : le coronavirus, qui a surgi en Arabie Saoudite, est potentiellement dangereux. Nous devons prendre toutes les précautions nécessaires. » D’où l’insistance du leader du MMM samedi dernier pour  une vigilance accrue à l’aéroport. C’est ainsi que Paul Bérenger recommande vivement aux autorités de la Santé de remettre en opération les thermoscans, et ce en vue de dénicher les passagers débarquant à Maurice avec des symptômes de grippe. Ce qui, en cas de nécessité, permettrait d’isoler immédiatement les cas suspects.