Coup de force ou coup de com… L’un comme l’autre, la contre assemblée du groupe menée par Jean-Michel Giraud jeudi dernier au Gold Crest Hôtel, à l’heure même où devait se tenir les deux assemblées du COM, a permis au candidat déclaré à la présidence du comité olympique de dire ce qu’il pense sur le renvoi de l’exercice et sur le jugement du Juge Domah. D’entrée il faut souligner que 12 dirigeants de fédération,  dont deux n’auraient pas eu le droit de vote dans une assemblée du COM, à savoir le squash (Adrien Wehrli) et l’haltérophilie (Poorun Bhollah). Les dix autres personnes présentes sont Christophe Curé (golf), Joseph Mounawah (judo), Mario Hung (tae kwon do), Jean-Michel Giraud (tennis), Patrick Bradshaw (rugby), Alain St-Louis (triathlon), Daniel Gérard (handball), Norbert Froget (cyclisme), Jean Edgard Merle (voile) et Rajiv Rajcoomar (boxe). Il va sans dire que dans cette assistance il y avait trois membres du comité directeur qui est en place au Labourdonnais Court à savoir Rajiv Rajcoomar, Mario Hung et Adrien Wehrli, ce qui veut aussi dire que la dissension s’est installée dans l’équipe de 2009.
Mario Hung, en sa capacité de vice-président du COM a lancé le débat lors de cette réunion et  a regretté que l’assemblée générale ne se soit pas tenue comme prévu en dépit du fait que la cour Suprême ait donné son jugement. «Je suis un peu choqué que cette assemblée ait été renvoyée et personnellement j’ai appris la nouvelle que vers 14h45. Est-ce une décision pratique? Je ne ne vois pas  car avec cette décision d’annueller l’assemblée le COM entre dans une situation illégale», a affirmé le représentant du tae kwon do.
Lui succédant au micro, Jean-Michel Giraud a dans la foulée parlé de la bataille gagnée après le Ruling du Juge Booshan Domah tombé mercredi en fin d’après-midi après la plainte logée par Alain St-Louis. «Il est temps qu’on arrête de badiner avec le sport et les athlètes. Qu’on arrête aussi de badiner dans nos relations avec le COM et le ministre des Sports et qu’on voit ensemble comment aider à la promotion du sport. Car le juge Domah a parlé d’une affaire importante dans son jugement puisqu’il parle de ces fédérations fictives comme des virus qui cherchent a entré dans le mouvement sportif mauricien», a soutenu Jean-Michel Giraud. Ce dernier n’a pas manqué d’évoquer aussi le cas de Nunkishor Fakun et Doreen Tiborcz dont les fédérations respectives ne sont pas en conformités — c’est plus le cas pour la natation désormais — avec le Sports Act.
La motion de Merle
Pour le challenger de Philippe Hao Thyn Voon au poste de président du COM la présence de ces 10 fédérations olympiques jeudi dans la salle de conférence du Gold Crest Hôtel laisse clairement comprendre que son groupe a le quorum pour organiser les élections. «Mais comme nous n’avons pas le bilan des activités de ces 4 dernières années, ni le bilan des comptes et encore moins les conditions attachées à l’organisation des élections. Donc nous ne sommes pas en mesure de tenir les élections et de respecter l’agenda», a expliqué Jean-Michel Giraud.
Dans la foulée Jean-Edgard Merle devait poser la question pour savoir si une date a déjà été annoncée pour la tenue  de l’assemblée générale. Devant la réponse négative, le représentant de la fédération de voile a proposé une motion pour que cette assemblée s se tienne dans les plus brefs delais et que le COM arrive avec le bilan finanicer et le bilan d’activités de ces quatre dernières années. Les membres de cette contre assemblée ne se sont pas arrêtés en si bon chemin. Il devait même tenir la 2e assemblée  où devait avoir lieu les élections.
Comme il n’y avait aucune action en faveur de cette assemblée, le groupe Giraud s’était assuré de la présence d’un huissier pour un constat avec pour objectif d’entrée une action devant le juge pour outrage à la cour. Cette semaine devrait dont être encore une fois remplie en rebondissements . Surtout que Jean-Michael Giraud a soutenu à Week-End qu’il va user de tous les moyens que les lois mauriciennes permettent pour que cette assemblée soit organisée. «De part la façon dont les choses se sont déroulées, je dois dire que la décision de M. Hao Thyn Voon est honteuse et il n’est probablement pas capable d’affronter les membres de l’assemblée générale. Je peux vous affirmer que 4 membres de son comité m’a confirmé qu’ils n’ont jamais été consultés avant de prendre cette décision de renvoyer cette assemblée. C’est un renvoi illégal et nous allons le prouver, car à midi le secrétaire du COM m’avait affirmé qu’il n’était pas question de renvoyer cette assemblée générale. Je persiste à dire que c’est une honte que de renvoyer une assemblée une heure et demi avant sa tenue», a soutenu Jean-Michel Giraud.