Sur tout le continent africain, Maurice est le deuxième pays, avec l’Afrique du Sud, à « organiser une mobilisation publique en marge de la lutte contre l’homophobie. » C’est ce qu’a expliqué Nicolas Ritter, directeur de PILS, et activiste soutenant l’ONG Arc-en-Ciel, qui milite depuis 2005 à Maurice contre l’homophobie. C’était samedi, à Rose-Hill, dans le cadre de la septième Rainbow March consécutive qui a vu la participation d’une « belle foule ». « On n’avait pas la quantité, mais la qualité était là », soutient Jean-Daniel Wong du Collectif Arc-en-Ciel.
Pour la septième année consécutive, Arc-en-Ciel, ONG oeuvrant en faveur de la sensibilisation et du respect des droits de la communauté LGBT, « et pour les droits égaux de tous les Mauriciens », souligne Jean-Daniel Wong, a organisé la marche de la fierté dans les rues de Rose-Hill. Une belle foule bigarrée, comprenant aussi nombre de jeunes étudiants de l’Université de Maurice, ainsi que des bénévoles de différentes ONG (PILS, CUT, LEAD…) étaient présents dans la cour du Plaza, dès la mi-journée, officiant aux préparatifs.
« Nous pouvons être fiers ! » a déclaré Nicolas Ritter. « Maurice est le deuxième pays avec l’Afrique du Sud à organiser librement une manifestation réclamant le respect des droits de la communauté LGBT ». Le directeur de PILS a rappelé que « dans nombre de pays d’Afrique, l’homophobie est très courante. Les homosexuels sont jetés en prison, par exemple. Dans d’autres pays, les membres de la communauté LGBT sont même persécutés… »
Jean-Daniel Wong, président du Collectif Arc-en-Ciel, ONG qui oeuvre depuis 2005 à Maurice pour le respect et l’avancement des droits de la communauté LGBT, a rappelé que « notre engagement, en ce sens, se veut au nom de tous les Mauriciens. D’une part, pour que les droits des membres de la communauté LGBT soient reconnus et acceptés. Et de l’autre, pour que les droits de tous les Mauriciens soient, dans le même esprit, respectés ». Cet engagement, a-t-il souligné, « est une action citoyenne ».
Les prochains dossiers qui intéressent de près le Collectif Arc-en-Ciel, ajoute le président de l’ONG, sont « le Sexual Offences Bill ainsi que la reconnaissance de l’identité des trans dans le code législatif mauricien ».