La direction de l’EIILM (Mauritius Branch Campus) à Ébène persiste et signe quant à sa légitimité. Brandissant la dernière lettre de la Tertiary Education Commission (TEC) en date du 25 septembre, à l’effet que « EIILM University (Mauritius Branch Campus) is registered with the commission as a Post Secondary Educational Institution till May 2017. The Commission has accredited the following programmes to be offered at the institution and awarded by EIILM, University Sikkim, India. » C’est fort de cette lettre que le directeur, Sunil Jeetah, par l’entremise de son homme de loi Me Rama Valayden s’est adressé à la presse hier après-midi en présence des étudiants.
D’emblée, Me Rama Valayden, a fait ressortir que « the root of the problem est le lien de parenté qui existe entre Sunil Jeetah et Rajesh Jeetah. Il faut croire qu’il n’est pas toujours bon d’être le frère d’un ministre ».
L’avocat a également évoqué le rôle de la TEC, soit l’accréditation des cours. Il s’est ensuite appesanti sur la validation des universités, dans les différents États par les lois votées le Parlement de chaque État en Inde, et devait préciser que l’University Grants Commission (UGC) de la Grande Péninsule ne fait qu’« octroyer des grants et n’a aucun droit de regard sur le fonctionnement des universités ».
Me Rama Valayden a par ailleurs cité une liste de nom d’ex-étudiants qui ont poursuivi et poursuivent des études supérieures en France et au Royaume-Uni en vue de prouver la légitimité de l’EIILM University. Pour lui, les controverses entourant cette légitimité découlent d’un amalgame et sont alimentées par « une marmite de palabres ».