Pourquoi le mot « séga » et pas un autre ? C’est la question que se posent des artistes qui ne voient pas d’un bon oeil l’association entre la musique nationale et la carte à gratter de la Loterie Nationale, « Grat séga ».
« Grat séga », nouvelle carte à gratter de la Loterie Nationale, provoque le mécontentement de certains artistes. Ils estiment que le séga est un patrimoine national et ne devrait pas être associé à un jeu de hasard. L’auteur Sedley Assonne est le premier à critiquer cette démarche sur Facebook.
L’Association des Auteurs Compositeurs de Maurice (AACM) est aussi monté au créneau la semaine dernière pour dénoncer cette situation. Son président Jean-Jacques Arjoon explique qu’« on est en train d’utiliser le séga pour inciter la population à jouer ». Il se demande si la carte à gratter aurait eu le même effet si on avait utilisé un autre mot à la place de séga.
De plus, s’indigne l’AACM, la taxe prélevée sur le jeu « Grat Séga » va dans la caisse du ministère des Finances « alors que les artistes qui ont développé et consolidé ce patrimoine ne touchent rien. On aurait dû mettre en place un genre de CSR (Corporate social responsibility) pour les artistes avec cet argent. »
L’AACM a fait part de son mécontentement au ministère des Finances concernant cette affaire. Un conseiller du ministre de tutelle Xavier-Luc Duval a laissé entendre aux représentants de l’association que leurs doléances seront étudiées.
De son côté, le chanteur Alain Ramanisum, dont le morceau Bat séga est utilisé pour la publicité de cette carte à gratter, se dit nullement gêné par la situation. Tout en respectant l’opinion des autres, il avance : « Je ne vois aucun mal à ce que le mot séga, ni à ce que ma chanson soit utilisée par cette carte à gratter. Nous essayons tous de gagner, comme nous le pouvons, notre vie avec le séga. Il y a des choses bien plus graves comme le piratage qu’il faut combattre. »
La démarche de l’AACM est diversement commentée par les observateurs. Une personne laisse d’ailleurs entendre qu’il y avait dans le passé un vin portant le nom « Séga » et que personne n’avait alors protesté.
La Loterie Nationale n’a quant à elle pas souhaité réagir à cette polémique.