Avec l’échéance annoncée pour lundi en vue de l’octroi du contrat de Metro Express, lourd de quelque Rs 20,9 milliards, la Plateforme Anti-Metro (PAM) n’en démord pas. Les représentants des différentes organisations syndicales et de la société civile, qui contestent ce projet qualifié d’éléphant blanc, organiseront lundi en fin de matinée une manifestation symbolique alors que le gouvernement prévoit d’arrêter ce même jour son choix entre deux firmes indiennes, soit Afcons Infrastructure, présentée comme ayant toutes les chances de décrocher le contrat, et Larsen & Toubro pour le démarrage de ce projet sur le corridor entre Curepipe et Port-Louis. Cette présence devant l’hôtel du gouvernement fait partie d’une série d’initiatives envisagées pour une mobilisation sur le plan national. L’objectif: mener le gouvernement à organiser un référendum sur le Metro Express, dont la principale source de financement est la dernière ligne de crédits négociée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avec l’Inde.
« La démarche de la Plateforme Anti-Metro ne s’arrêtera pas avec l’allocation du contrat ou même la signature de ce document. Nous continuerons à alerter et à mobiliser l’opinion publique sur ce que tout un chacun s’accorde à dire que ce sera un éléphant blanc. Les informations, qui sont en notre possession et provenant d’autres sources vont dans le même sens sans oublier la détérioration de la dette publique pour concrétiser ce projet. Nous allons manifester symboliquement le jour où le gouvernement envisage de désigner le contracteur pour faire la démonstration que la population est de notre côté contre ce projet », a fait comprendre au Mauricien, Jayen Chellum, coordonnateur de la Plateforme Anti-Metro.
Cette plateforme, qui réunit des représentants de l’Association des Consommateurs de l’Île Maurice, la Federation of Progressive Unions, la Government Service Employees Association, la Fédération des Travailleurs Unis, la Fédération des Syndicats du Service Civil,  le Mauritius Labour Congress et Think Mauritius, entre autres, comptent adresser en cette fin de semaine une nouvelle correspondance au Premier ministre, Pravind Jugnauth, lui demandant de surseoir à toute décision sur ce projet dans l’intérêt public. L’une des revendications de la Plateforme Anti-Metro porte sur la nécessité de tenir un référendum à ce sujet en vue de décider de la marche à suivre. Lors de la manifestation de lundi, les responsables rendront publiques les prochaines étapes de la contestation de ce projet visant à doter le pays d’un Mass Transit System.
Prenant au mot le programme gouvernemental 2015/19, faisant état de la nécessité d’organiser des référendums en vue de décider des dossiers d’importance nationale, la Plateforme Anti-Metro note avec amertume l’intransigeance affichée par le gouvernement dans la conjoncture. « Needless to say the Metro fits. There was a trail of other promises. These were read by the President in Parliament. No greater act of solemnity and faith of your intended manner to Govern the Country could have been made to this nation.  We took you on your words and asked for delivery on undertaking made.  Nothing from your party or its ally », soutient Jayen Chellum.
À l’intention du Premier ministre, la Plateforme fait ressortir avec une pointe d’ironie que « you are pursuing your missionary path to build a white elephant or should I say mammoth under the pretext of solving traffic congestion …couched in the garb of modernity. Just Make-ups and intellectual frauds.  I wish to put on record, Sir, that as Prime Minister of this country you have mislead its citizens to the core of their belief. You have been dealing in ethical malpractices that strike at the root of people’s faith in Government’s Programme. This is almost tantamount to a show of cynical contempt for democratic norms ».  
À ce jour, la pétition de la Plateforme Anti-Metro adressée aux parlementaires a recueilli 16 signatures de membres de l’opposition. La seizième signature, celle du député Adrien Duval, devait être apposée hier après-midi au retour du principal concerné de Rodrigues. Tous les députés de l’opposition ont signé la pétition pour réclamer la tenue de ce référendum à l’exception de deux du MMM. Aucun parlementaire de la majorité gouvernementale n’a appuyé la demande de la Plateforme Anti-Metro même si des copies avaient été adressées aux dirigeants du MSM et du Muvman Liberater.
Au vu des dernières prises de position publiques des membres du gouvernement, en l’occurrence du Premier ministre et du ministre de l’Infrastructure publique, Nando Bodha, de cette semaine, il existe très peu de chances de voir les autorités faire machine arrière à ce sujet. D’ailleurs, avec l’allocation du contrat en cette fin de juillet, le début des travaux sur cet immense chantier est prévu pour septembre prochain.
Force est de constater qu’avec le démarrage des travaux pour le Metro Express, les habitudes des usagers de la route sur le tracé entre Curepipe et Port-Louis, notamment à l’entrée Sud de la capitale et au niveau de l’autoroute traversant le front de mer, connaîtront de gros chamboulements avec de longs délais pour traverser cette partie de Port-Louis, entre autres.