La semaine écoulée a été marquée par divers bouleversements sur des actions gravitant autour du comité de soutien conçu par la Plate-forme Citoyenne pour dire non à une centrale à charbon et Rezistans ek Alternativ. Après plus d’une semaine de grève de la faim, le gréviste Jeff Lingaya, qui a vu sa santé se détériorer a, après un premier pas des autorités, accepté de se mettre sous perfusion. Par ailleurs, Ashok Subron de Rezistans ek Alternativ et membre du comité de soutien à Jeff Lingaya répond du tac au tac au Premier ministre, qui, lors de la commémoration de l’esclavage, a évoqué “l’engagement sélectif” des écologistes face à la prolifération des Independent Power Producers (IPP) à base de charbon. Il a, lors d’une conférence de presse, hier matin au Jardin de la Compagnie, déclaré que “Navin Ramgoolam est mal placé pour parler de non contestation des précédents IPP.”
Bien qu’il reste encore un long chemin à faire pour que le gouvernement accède aux trois demandes de la Plate-Forme Citoyenne en vue de mettre fin à cette grève de la faim, les membres se disent néanmoins satisfaits de l’avancée jusqu’ici notée, même si la principale revendication, celle de la révocation de l’EIA de CT Power à Albion n’est pas à l’agenda du gouvernement. C’est, pour rappel, à la suite de vives inquiétudes émises autour de l’état de santé de Jeff Lingaya, que  le gouvernement a fait sa première concession en recevant d’urgence, mercredi, les membres du Comité de soutien au gréviste. Ainsi, deux des conditions formulées ont été accédées notamment: (1) Rendre publics les contrats liant le Central Electricity Board (CEB) aux Independent Power Producers (IPP) et (2) Instituer une National Energy Audit Commission à Maurice. C’est encore une fois Dev Manraj, déjà à l’université et sur la révision du PRB, qui a eu la responsabilité de  présider la première séance de travail, mardi, de la National Energy Audit Commission.
Avant de s’appesantir sur les implications de la grève de la faim et le combat personnel de Jeff Lingaya, Ashok Subron a d’abord tenu à répondre aux accusations du Premier ministre, Navin Ramgoolam, sur “l’engagement sélectif” des écologistes face à la prolifération des Independent Power Producers (IPP) à base de charbon.
“Navin Ramgoolam est mal placé pour parler de non contestation des précédents IPP”, soutient-il. Et de poursuivre: “C’est le gouvernement de Navin Ramgoolam qui a négocié le plus gros contrat de production d’électricité en 1999 avec la centrale de Belle-Vue. Ensuite, tous les gouvernements, indépendamment de la couleur des drapeaux du parti au pouvoir, ont signé des contrats avec les IPP. Ils ont tous leur part de responsabilité.”
Tous leur part de responsabilité avec les IPP
Selon les membres du comité de soutien, Jeff Lingaya, qui est à son onzième jour de grève, “est satisfait” de la proposition du gouvernement qui répond positivement à deux de ses trois revendications.
Interrogé par Week-End, Yanick Cornet, une des chevilles ouvrières de la Plate-forme Citoyenne, a soutenu que Jeff Lingaya envisage de mettre fin à sa grève malgré que la première condition, celle de révoquer l’EIA licence, n’ait pas été accédée.  Mais il est entendu que la National Energy Audit Commission se penchera  certainement pour une révision du Environment Impact Assessment (EIA). “ Mais Il considère toutefois qu’il est essentiel d’avoir des garanties des autorités avant de mettre fin à la grève”, a expliqué, pour sa part, Kugan Parapen, autre membre du comité. Il soutient que le militant écologiste veut avoir la garantie que les promoteurs de deux centrales thermiques qui ne se sont pas encore prononcés, notamment ceux d’Omnicane et de St Aubin, accepteront de rendre public le contrat qu’ils ont signé avec le CEB pour le rachat de leur production d’énergie. Il veut également s’assurer que la Energy Audit Commission annoncée par le gouvernement soit conforme aux revendications de la Plateforme citoyenne, poursuit Kugan Parapen. Ainsi, Jeff Lingaya continuera son mouvement de grève jusqu’à, au moins, mardi prochain.
 “Nous ne voyons pas pourquoi il doit continuer à mettre sa vie en péril. Jeff ne peut pas porter seul le fardeau de ce combat. Il y a eu un certain nombre de résultats et le comité de soutien a demandé à Jeff Lingaya de mettre fin à son action. Mais ce dernier estime qu’il doit poursuivre son action symboliquement, jusqu’à ce que des garanties soient obtenues que les promesses seront tenues”, explique Ashok Subron.
Jeff Lingaya a fait comprendre, à travers son comité de soutien, qu’il restera sous perfusion pour bien montrer qu’il n’est plus en conflit direct avec les autorités et qu’il ne s’agit pas, non plus, d’un chantage de sa part. Le verdict de Jeff Lingaya sera connu, mardi. D’ici là, les sympathisants sont encore nombreux à lui rendre visite au Jardin de la Compagnie chaque jour.