Le président de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA), Hamad Kalkaba Malboum, a fait part de certaines craintes concernant l’athlétisme africain, notamment l’exode des meilleurs talents du continent vers d’autres cieux. D’où la signature d’une convention entre son organisme et l’Union africaine, hier, avant le coup d’envoi de cette édition des championnats d’Afrique juniors. L’Union africaine était représentée par Moustapha Kaloko, commissaire aux affaires sociales.
Hamad Kalkaba Malboum s’est dit attristé de voir la passivité des différents pays qui ont laissé leurs meilleurs athlètes défendre les couleurs des pays européens en particulier.
« Ces pays obtiennent de la grandeur grâce au talent des athlètes africains. Il fallait une réaction et nous avons voulu sensibiliser les ministres des Sports des différents pays afin qu’ils nous soutiennent dans notre action. Il faut également penser à la présence d’une équipe africaine à la prochaine Coupe du Monde. »
Tout en se disant heureux de la signature de cette convention, le président de la CAA a souhaité que les athlètes du continent noir bénéficient de plus de soutien dans leur entreprise.
De son côté, Moustapha Kaloko a fait ressortir qu’un travail collectif portera ses fruits et a émis le souhait que ce n’est que le début d’une nouvelle ère. Il est à noter que la CAA et l’Union africaine uniront leurs efforts pour diffuser d’autres messages tels que « les athlètes africains unis contre le paludisme, le VIH/Sida et la tuberculose, les héros et les héroïnes n’utilisent pas de drogues, les athlètes africains unis contre les violences basées sur le genre, les athlètes africains s’insurgent contre le trafic humain. »