Dans le cadre de la mise en oeuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, le ministère de la Sécurité sociale et de la Solidarité nationale a récemment lancé une base de données et un site Internet pour les personnes handicapées. Selon la ministre de tutelle, Sheila Bappoo, quelque 4 000 personnes handicapées se sont déjà connectées au site.
« La base de données nationale sera un outil indispensable dans la prise de décision et dans la formulation de politiques et le site Internet offre aux personnes handicapées et autres utilisateurs un portail spécifique pour faire des demandes en ligne pour des services de mon ministère et leur donne accès à des informations y relatives », explique Sheila Bappoo. « En outre, le site Internet propose des services de soutien à des personnes ayant des problèmes de vue. »
Selon la ministre de la Sécurité sociale et de la Solidarité nationale, quelque 4 000 personnes handicapées se sont déjà connectées à ce nouveau système. « Ce sont des personnes qui viennent généralement à la Disability Unit de mon ministère pour des services touchant, entre autres, au remboursement des frais de transport pour des enfants qui fréquentent une école spécialisée, à la demande de formation, d’emploi et de coupons de parking, et aux facilités de duty-free », élabore-t-elle.
Sheila Bappoo affirme qu’avec le nouveau système moins de temps est désormais nécessaire pour traiter les cas et s’occuper des besoins de personnes handicapées. La ministre ajoute que le système informatique prévoit la mise à niveau de la Benefits Branch de son ministère. « Environ 28 000 personnes bénéficient de la Basic Invalidity Pension (BIP). Parmi elles, beaucoup peuvent être formées et être employées sans qu’elles ne perdent leurs avantages », précise-t-elle. « Le système va en outre permettre le Disability Service du ministère de faire un suivi approprié de leur programme de formation et intégration dans le monde du travail. »
La ministre affirme par ailleurs sa conviction que la base de données pour les personnes handicapées donnera un boost aux relations avec les autres ministères. « Par exemple : un enfant né avec un handicap dans un hôpital sera inscrit dans notre système. Nous pourrons alors faire un suivi de son cas. De cette façon, nous aurons éventuellement une approche holistique et moderne sur la question des personnes handicapées », se félicite-t-elle.
Sheila Bappoo a rappelé que la mise en place d’une base de données pour le secteur des handicapés est une exigence de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. « L’article 31 de cette Convention que Maurice a signée en septembre 2007 et ratifiée en janvier 2010 stipule clairement que “Les États Parties s’engagent à recueillir des informations appropriées, y compris des données statistiques et résultats de recherches, qui leur permettent de formuler et d’appliquer des politiques visant à donner effet à la présente Convention” », explicite-t-elle.
« De plus, la mise en oeuvre de cette base de données est en ligne avec la E-government Policy », se félicite la ministre. « Elle facilitera le travail des fonctionnaires, aidera à perfectionner les procédures et rendra le service plus “disabled-friendly” », conclut Sheila Bappoo.