Le Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, récuse la thèse du refus mais évoque un désaccord avec l’Independent Commission against Corruption (ICAC) sur « la procédure adéquate » de sa convocation.
Cette controverse est l’une des dernières étapes au sujet de l’audition du DPP quant aux dessous de la Sun Tan Hotels Saga avec un communiqué signé du DPP et transmis aux salles de rédaction à 17 h 21 hier. De ce fait, après l’échec d’une première tentative à 10 h hier de servir au DPP la « notice » de convocation, une seconde a été réalisée vers 14 h 30, le principal concerné accusant réception de la correspondance émise sous les dispositions de la Prevention of Corruption Act.
À partir de là, l’ICAC a imposé un délai expirant mercredi prochain pour que le DPP fasse le nécessaire en vue de répondre aux questions des enquêteurs au sujet de la Sun Tan Hotels Saga, compagnie ayant bénéficié de deux arpents de Pas Géométriques pieds dans l’eau à Palmar pour la construction de 12 bungalows.
De son côté, dans son communiqué, le DPP explique, concernant le premier épisode de la convocation d’hier matin, qu’il avait « tout simplement demandé à la Commission de passer par la procédure adéquate pour le faire » et que, par la suite, soit vers 14 h 30, il avait accusé réception de la convocation. En attendant d’autres développements dans cette affaire de baisse d’Indemnity Fee de Rs 1,6 million à Rs 45 000 pour le renouvellement des Industrial Leases, Le Mauricien publie ci-dessous le communiqué du DPP à l’effet que :
« Suite à un article hautement diffamatoire paru sur lemauricien.com ainsi que sur la version imprimée du même journal, en date du 13 juillet 2015, je voudrais apporter la précision suivante : je n’ai pas refusé de prendre la lettre de l’Independent Commission against Corruption comme le stipule le journaliste, mais j’ai tout simplement demandé à la Commission de passer par la procédure adéquate pour le faire. J’ai éventuellement pris connaissance de ladite lettre quand la procédure a été respectée.
Je note toutefois qu’il y a une obscure fuite d’informations concernant cette affaire et rappelle que certains articles pourraient être préjudiciables à l’enquête en cours ainsi qu’à mes droits. Comme nous l’avons souligné dans le dernier communiqué, je ne ferai aucune déclaration à ce sujet pour le moment. Ceci par respect pour ma fonction constitutionnelle ainsi que l’institution investigatrice qu’est l’ICAC. »