Une délégation de Turquie dirigée par Hakan Karabalik, chef de département au ministère de l’Économie, est arrivée hier matin à Maurice pour des discussions sur l’élaboration d’un accord cadre couvrant le commerce et la coopération économique entre les deux pays.
La délégation turque aura une session de travail aujourd’hui et jeudi avec des officiels du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, des représentants d’autres ministères et de certaines organisations du secteur privé dont la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Mauritius Export Association.
L’objectif d’un accord cadre est surtout de permettre aux pays signataires de mettre en place les structures appropriées pour renforcer leurs échanges commerciaux et la coopération dans d’autres secteurs de l’économie. L’accord cadre va couvrir des secteurs tels l’agriculture, l’éducation, la science et la technologie. Il portera aussi sur la mise en place de plusieurs dispositions concernant la facilitation et la promotion des échanges. Les milieux proches du dossier indiquent que l’accord cadre doit aussi prévoir la création d’une plateforme pour l’identification des secteurs d’investissement tout en créant une plus grande synergie économique entre les deux pays.
Les discussions autour de cet accord cadre interviennent quelques mois après que Maurice et la Turquie eurent signé un accord de libre échange (Free Trade Agreement – FTA). Cet accord n’est pas encore entré en vigueur, sa ratification par les autorités compétentes n’ayant pas été confirmée.
On sait, cependant, que le FTA prévoit que la Turquie accordera des tarifs préférentiels et un accès sans quota pour tous les produits industriels fabriqués à Maurice. Des marges préférentielles substantielles sont offertes par la Turquie sur plusieurs produits locaux, notamment le textile et l’habillement, les articles en cuir, les bijoux, les montres et autres produits à base de fer et d’acier. Pour ce qui est du textile et de l’habillement, la Turquie propose une règle d’origine basée sur la transformation simple avec un démantèlement des droits de douane sur une soixantaine de produits sur une période de quatre ans. Maurice bénéficie également de concession tarifaire sur des produits comme le poisson congelé, les fruits (ananas, mangues, goyaves, entre autres), les anthuriums, le thon en conserve, les biscuits et pâtes.
En retour, Maurice offre à la Turquie un accès préférentiel pour un ensemble de produits à l’exception de quelques produits sensibles (viande, pâtes, savon, peinture, etc.).