La Mauritius Consumer Cooperative Federation et la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion ont signé à la fin de l’année dernière une convention selon laquelle les deux parties importeront leurs produits ensemble pour être distribués aux petits commerces des deux îles.
« En faisant du volume, nous obtiendrons de meilleurs prix des produits importés en cette ère de globalisation et de compétition féroce de la part des supermarchés et hypermarchés dans les deux îles », déclare Yogendrasing Sreepaul, conseiller auprès de la Mauritius Consumer Cooperative Federation (MCCF). Deux dirigeants de la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion, Salim Motara (directeur général) et Ibrahim Patel (président), étaient récemment à Maurice pour des discussions avec la MCCF.
Selon Yogendrasing Sreepaul, La Réunion compte environ 2 600 petites boutiques qui sont en grande difficulté face à la concurrence des grands. « Elles se sont regroupées pour importer leurs propres marchandises et c’est la MCCF qui trouvera les produits en grande quantité pour elles. Nous ajouterons également le volume dont nous en avons besoin pour nos boutiques à Maurice afin de les importer ensemble. Ce qui serait bénéfique aux deux parties », explique le conseiller.
M. Sreepaul indique que la MCCF est en train de chercher du riz pour les petits commerçants de Mayotte car ce produit se vend cher dans les supermarchés. Toujours sous ce chapitre, la fédération a relancé l’idée d’outsourcing avec l’Agricultural Marketing Board (AMB) dans le cadre de l’importation du safran et d’ail.
Après La Réunion et Mayotte, la MCCF travaille aussi avec les NTUC Fair Price Shops de Singapour. « Nous avons déjà sept Fair Price Shops à Maurice, dont deux à Rodrigues, et nous voulons lancer des projets de joint-venture avec les Singapouriens », fait ressortir M. Sreepaul. Selon lui, l’initiative d’ouvrir des Fair Price Shops cadre avec la politique visant à améliorer l’image des sociétés coopératives à Maurice, dont plusieurs seraient dans une situation financière difficile.
Le conseiller cite comme exemple le Fair Price Shop de Rodrigues qui se trouve à St-Gabriel et qui, selon lui, a nettement amélioré l’image de la coopérative dans l’île. « Notre service a été amélioré et le response des consommateurs rodriguais ne s’est pas fait attendre », soutient-il.
M. Sreepaul fait ressortir que la MCCF vise la préservation du patrimoine coopératif à Maurice. « Notre fédération prend en charge les sociétés qui sont en difficultés financières, relance leurs activités, s’occupe de la gestion pendant un certain temps avant de les remettre entre les mains de nouveaux membres exécutifs des sociétés concernées ; pas ceux qui sont à la base de la faillite financière mais à de nouvelles personnes qui démontrent une bonne capacité de gestion », dit-il, en ajoutant que les prix des articles vendus dans les Fair Price Shops sont entre 5 et 20 % moins chers que dans les autres commerces.