Le ministère du Business, des Entreprises et des Coopératives organisera, tout le long de cette année, diverses activités pour marquer l’Année internationale des Coopératives. Ateliers de travail, campagnes de sensibilisation dans les écoles et les centres de jeunesse, causeries, concours de rédaction et exposition-vente seront au programme. Le thème de l’année internationale est « Les entreprises coopératives construisent un monde meilleur. »
L’accent cette année sera mis sur la promotion des idéaux, valeurs et principes du mouvement coopératif ; la relance du mouvement sur le plan local coopératif ; l’augmentation de la visibilité des sociétés coopératives comme un modèle alternatif de business ; et le soutien à son développement. Au Mauricien, le ministre Jim Seetaram a déclaré que les jeunes doivent être responsabilisés par rapport aux valeurs du mouvement coopératif. « Il faut leur faire savoir que ce mouvement représente a new vehicle of doing business ». De nouveaux créneaux peuvent être exploités par les jeunes au sein du mouvement coopératif, dit le ministre, qui pense à la diversification, entre autres, à la culture des fleurs et à l’apiculture, aux énergies renouvelables. Sur ce dernier point, Jim Seetaram déclare : « Pe rod fer 100 MW elektrisite. Ki fer na pa fer enn group e rant dan fabrikasyon pano soler. Mo anvi fer avans sa lide la. »
Pour le ministre, le mouvement coopératif peut devenir un véritable pilier de l’économie mauricienne. De nombreuses femmes, se réjouit-il, font leur entrée au sein de ce mouvement et profitent des facilités offertes.
Il y aurait environ 930 sociétés coopératives qui comptent plus de 120 000 membres. Ce secteur contribue environ 2 % du Produit National Brut (PNB) du pays. Le mouvement coopératif compte pour environ 40 % dans le secteur sucrier, 70 % dans la production de légumes, 75 % dans celle des oignons, 40 % dans la pomme de terre et 37 % dans le secteur du transport.