La consolidation des liens économiques et diplomatiques entre Maurice et l’Arabie Saoudite a été au centre des discussions lundi au ministère des Finances entre une délégation conduite par le Grand argentier, Vishnu Lutchmeenaraidoo, et l’envoyé spécial du Prince saoudien Mohamed Bin Salman Bin Abdulaziz Al à Maurice, Ahmed Al Khateed. Les deux parties ont passé en revue les possibilités d’investissement dans plusieurs secteurs, évoquant également l’accélération des discussions pour la conclusion d’un accord de non double imposition (Double Taxation Avoidance Agreement) ainsi que d’un accord de promotion et de protection des investissements.
Vishnu Lutchmeenaraidoo était entouré pour cette séance du travail du vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, des ministres Nando Bodha (Infrastructure publiques) et Roshi Bhadain (Services Financiers), de l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, et des officiels de son ministère et du Board of Investment. Les discussions avec la délégation saoudienne ont porté sur plusieurs thèmes de coopération susceptibles d’apporter une nouvelle impulsion aux relations entre les deux pays. Il a été, entre autres, question de l’ouverture d’une ambassade à Jeddah, des opportunités d’investissements saoudiens, tant dans les projets d’infrastructure et de services publics que dans les projets privés, du recrutement de médecins mauriciens en Arabie Saoudite et de l’échange d’étudiants. Il a été annoncé que la nouvelle ambassade à Jeddah sera dotée d’un Special Desk du BOI qui se chargera d’accompagner les investisseurs dans leurs démarches d’affaires.
Ahmed Al Khateeb, souligne-t-on dans les milieux du ministère des Finances, s’est dit rassuré par la vision économique de Maurice. Vishnu Lutchmeenaraidoo, indique un communiqué du ministère, a expliqué la stratégie de croissance du gouvernement, faisant ressortir que les autorités veulent insuffler plus de vitalité aux activités existantes tout en développant de nouveaux pôles de richesses, dont l’économie océanique, le Maritime Hub, à travers un rapprochement avec l’Afrique.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a expliqué que le pays mise beaucoup sur les investissements directs extérieurs. Selon le communiqué officiel, il a soutenu que les engagements du gouvernement pour ramener la dette publique à 50 % du Produit Intérieur Brut en 2018 limitent la capacité de l’État à mobiliser les ressources financières pour investir dans les grands chantiers de développement. « Le gouvernement compte à cet effet sur les sources de financement externes et sur le secteur privé local », a fait comprendre le ministre qui a, dans la foulée, parlé du contexte économique mondial difficile et qui, selon lui, peut contrarier les perspectives de l’économie mauricienne.
Les milieux officiels annoncent que la délégation saoudienne a exprimé son intérêt à investir dans un port de croisière et dans un port de pêche. Les opportunités dans les secteurs de l’hôtellerie et de l’immobilier intéressent également la partie saoudienne. L’envoyé spécial a également, selon le ministère des Finances, fait part de sa confiance dans le climat d’affaires et la solidité du système bancaire à Maurice.
Le ministre des Finances a également invité la délégation saoudienne à considérer des opportunités d’investissement dans les projets de développement public, dont l’infrastructure routière, l’énergie et la distribution d’eau. Le projet de Highlands Administrative City a aussi été présenté à l’envoyé spécial, Vishnu Lutchmeenaraidoo précisant que le mode de financement selon la formule Build, Operate and Transfer (BOT) sera privilégié. Il a, à cet effet, laissé entendre qu’un texte de loi sur le BOT sera introduit à l’Assemblée nationale le mois prochain.