La Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) et la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Mayotte ont récemment signé une convention de coopération qui verra l’instance mauricienne mettre son expertise et ses compétences  au service du développement de Mayotte. Une première piste de collaboration a été identifiée, l’écotourisme.
La convention a été paraphée par Azim Currimjee et Mohamed Ali Hamid, respectivement président de la MCCI et de la CCI de Mayotte, en présence de la présidente de l’Union des Chambres de Commerce et d’Industrie des îles de l’océan Indien, Isabelle Chevreuil, du vice-président du Rectorat de Mayotte, Pierre Scarcella, et des dirigeants des deux chambres. Selon Azim Currimjee, les discussions préalables engagées par la MCCI avec la CCI de Mayotte ont permis de dégager quelques thèmes prioritaires pour démarrer leurs relations bilatérales. Ils concernent notamment le développement économique durable, l’éducation, la formation, l’insertion professionnelle des jeunes, la bonne gouvernance, le transfert de technologie ainsi que la mobilité professionnelle des jeunes dans les îles du sud-ouest de l’océan Indien.
Azim Currimjee et Mohamed Ali Hamid se disent en faveur d’un renforcement de la coopération régionale. Le président de la MCCI annonce que dans le cadre de la convention signée hier, la première action envisagée porte sur la formation des jeunes avec le concours de la MCCI Business School. Les parties prenantes ont choisi l’écotourisme comme premier thème d’intervention. Des jeunes diplômés bénéficieront d’une formation ciblée sur place ou en entreprise. Selon le vice-président du Rectorat de Mayotte, les autorités mahoraises font actuellement face à un épineux problème d’insertion professionnelle des jeunes. En 1985, Mayotte comptait 14 jeunes bacheliers, dix ans plus tard, ce nombre est passé à environ 150 et aujourd’hui le pays en compte quelque 2 900. « Le taux de chômage est élevé chez les jeunes », a déclaré Pierre Scarcella. Il y a des problèmes d’embauche, dit-il, car il est difficile de répondre aux besoins des entreprises et du développement du pays.
Les dirigeants de la MCCI et de la CCI de Mayotte se réjouissent du choix de l’écotourisme comme premier thème sous lequel la partie mauricienne tentera d’apporter son concours, soulignant qu’il y a plusieurs métiers dans l’industrie touristique qui pourraient constituer des débouchés pour les jeunes diplômés mahorais à la recherche d’un emploi durable.