Maurice restituera la cargaison de bois de Rose bloquée sur son territoire depuis 2011 à la République de Madagascar. C’est non sans enthousiasme que le Premier ministre malgache, Jean Ravelonarivo, en visite dans l’île, jeudi dernier, a annoncé cette “bonne nouvelle.” Suite à un accord entre Jean Ravelonarivo et le Premier ministre mauricien, il a été convenu que ces bois précieux, saisi à l’époque et qui a fait l’objet d’une vive polémique, sera placé sous la responsabilité de l’ambassade malgache.
Selon Jean Ravelonarivo, qui rencontrait la presse aux côtés du ministre des Affaires étrangères, Etienne Sinatambou, toute la cargaisson sera vendue à travers un appel d’offres international. La visite de Jean Ravelonarivo — accompagné d’une délégation importante composée des ministres de l’Environnement, de la Santé publique, du Tourisme et du Transport et aussi de techniciens — avait pour objectif de renforcer la coopération économique entre la grande île et Maurice. Jean Ravelonarivo, qui était a sa première sortie officielle dans la région, a annoncé la création d’importantes zones économiques à Madagascar couvrant plusieurs milliers d’hectares à Tamatave, Diego Suarez, Nosy-Be, entre autres. Madagascar compte mettre en place des mesures incitatives favorables à l’exploitation économique et touristique de ces zones par des investisseurs mauriciens. Le Premier ministre malgache s’est aussi voulu rassurant en matière de la sécurité dans la Grande île. Celle-ci qui vise à accueillir 300 000 touristes et qui veut attirer des investisseurs mauriciens veut renforcer la sécurité sur son territoire, mais est aussi consciente que le combat contre l’insécurité prend du temps. Par ailleurs, Madagascar dans sa politique d’intégration régionale vise à être le grenier de riz de l’océan Indien. D’importants fonds ont été décaissés par l’Union Européenne, la Banque mondiale, entre autres, pour maintenir ce projet. Jean Ravelonarivo s’est dit aussi heureux de pouvoir compter sur Maurice pour l’organisation du prochain Sommet de la Francophonie en novembre 2016.