Dans le sillage de l’assemblée générale (AG) de samedi dernier, plusieurs événements se sont enchaînés pour les membres de la Vacoas Popular Multi-Purpose Cooperative Society (VPMCS). D’abord, l’élection à l’unanimité par les 1 500 membres présents de neuf représentants pour siéger au conseil d’administration (CA). Ces membres, qui se sont « battus bec et ongles » pour éviter la liquidation de la coopérative, se disent « maintenant sereins et confiants sur le fait que nous allons oeuvrer ensemble vers une option plus favorable pour le bien de tous, d’autant que la firme Ernst & Young (EY) s’est dit prête à nous épauler dans notre plan de redressement. »
Les membres de la VPMCS se disent « très agréablement surpris par les représentants d’EY, qui nous ont expliqué qu’ils rendaient leur tablier, mais qu’ils allaient nous donner un sérieux coup de main au préalable ». Ils poursuivent : « EY nous a convoqués lundi pour écouter nos propositions pour remettre la coopérative à flot. À l’issue de la rencontre, les représentants de cette firme se sont dits “émerveillés” par notre attitude et notre refus de laisser couler la coopérative, et qu’ils allaient nous soutenir autant que possible dans notre projet de redressement. Nous sommes sereins et confiants, car nous avons maintenant tous les partenaires “on board” pour travailler au redressement de la coopérative, chose que nous répétons depuis plusieurs semaines déjà, mais qui n’était bizarrement pas à l’agenda. » Et de déplorer que l’AG de samedi dernier « fût houleuse de par la mauvaise attitude et la mauvaise foi du président du “caretaker board” ». Ils font toutefois ressortir que « le conseil légal du “caretaker board” a tout fait pour ramener l’ordre et c’est de cette manière que nous avons pu élire, en toute légalité, neuf membres qui représentent désormais les 5 500 membres au CA de la coopérative ». Ces neuf élus sont Sheela Hanoomanjee, Raj Seesurn, Sunil Jhugroo, Reddi Seetanah, Cyril Toussaint, Ashok Venkatachellum, Vijay Luchmun, Yogen Appadoo et Sunil Ramdenee.
Lors de la réunion avec EY, « les membres du “caretaker board” présents, à l’exception du président, ont eux aussi déclaré qu’ils allaient donner un coup de main pour redresser notre coopérative ». Et de confier leur incompréhension concernant les raisons pour lesquelles celui-ci « est aussi opposé à ce plan et braqué par la liquidation “dipin-diber” ! ». Ces membres de la VPMCS soutiennent qu’il y a d’autres alternatives à la fermeture de la coopérative. « Avec les 5 500 membres de la coopérative, cela fait plus de 10 000 Mauriciens qui sont concernés par ce problème. Quand nous remettrons la coopérative à flot, ce sera pour le bien être de tout ce beau monde. Bien entendu, cela va réclamer d’immenses sacrifices, mais nous avons des personnes avec des compétences et de l’expertise, et nous savons qu’EY et le “caretaker board” nous aideront. » À cet effet, ils lancent un appel au gouvernement. « Pourquoi les responsables de cette grande escroquerie qui a jeté la boue sur la VPMCS ne sont pas inquiétés, surtout en ce qui concerne leurs avoirs mal gagnés ? Nous sommes des victimes. Ce n’est pas un “Ponzi Scheme”. Nous avons été dupés par un groupe de personnes et il est hors de question que nous payions le prix fort pour leurs magouilles ! » Selon eux, « c’est surtout le Registrar qui a fauté dans cette affaire, en ne signalant pas les maldonnes qui ont été perpétrées alors qu’il avait des signes ». À noter que les membres présenteront leur plan de redressement au ministre des Coopératives Sunil Bholah le 22 juillet.