Ils étaient presque un millier à défiler du Champ-de-Mars au Jardin de La Compagnie ce matin, à Port-Louis. Ces membres de la Vacoas Popular Multi-Purpose Cooperative Society (VPMCS) réclament du gouvernement de « revoir sa copie ». « Nous ne sommes pas d’accord quand le ministre Sunil Bholah déclare que seule la liquidation de la coopérative est la solution et que nous, membres, n’allons récupérer qu’entre 60 et 70 % de nos investissements. C’est totalement injuste et discriminatoire ! Nous voulons un traitement équitable à celui des épargnants de la BAI ! Pourquoi cette politique de « guet figir » ? » Et de soutenir que « nous nous demandons à qui profitera cette liquidation dipin diber que veut nous imposer le gouvernement ».
« Vous êtes des héros?! » a lancé le syndicaliste Rashid Imrith à l’égard des membres de la VPMCS, qui ont défilé du Champ-de-Mars au Jardin de la Compagnie ce matin. Cette deuxième manifestation populaire (la première a eu lieu le 30 mai à Vacoas sous la pluie, Ndlr) se veut une « expression d’incompréhension, de colère et d’insatisfaction envers l’injustice que nous impose le gouvernement en préconisant la liquidation de la coopérative de Vacoas ». Les membres ont fustigé « enn likidasyon dipin diber », poursuivant : « On se demande à qui va profiter cette liquidation que l’on veut nous imposer à tout prix. » Ils réclament ainsi « que l’on vende les biens immobiliers appartenant à la coopérative, ce qui permettra de faire des profits, le gouvernement étant alors en mesure de nous rembourser nos investissements ?! »
Pour ces membres, remontés, « pas question de ne récupérer que 60 ou 70% de nos investissements ?! Pa nou ki bann gro rekin ! » Et de se demander : « Où en est l’enquête sur les millions qui ont disparu ?? L’argent est-il toujours à Maurice ou a-t-il déjà quitté le pays ?? » Dans le même souffle, ils notent : « Dans le cas de la BAI, l’Asset Recovery Office a été très diligente. De même que les membres du gouvernement ?! Zot inn travay vandredi, samedi, dimans, lanwit, lizour. » Aux yeux des membres de la coopérative de Vacoas, « c’est une politique de deux poids, deux mesures » ?! Ils poursuivent : « Il faut traiter toutes les victimes de la même manière. Pourquoi dans notre cas, le gouvernement et l’Asset Recovery Office prennent autant de temps et nous imposent leurs décisions ?? »
Le syndicaliste Rashid Imrith, qui était déjà aux côtés des membres de la VPMCS le samedi 30 mai dernier, a énuméré certaines réclamations des victimes de ce scandale : « Pas question que les membres ne récupèrent qu’entre 60 à 70% de leurs investissements ?! Deuxièmement, nous attendons du gouvernement un signal fort pour prouver qu’il n’y a pas de discrimination entre les victimes de la BAI et de la VPMCS. Et qu’un inventaire des biens appartenant à la coopérative soit fait pour que ceux-ci puissent être vendus afin de rendre leurs sous à ces épargnants. »
De même, Rashid Imrith a rappelé que « ce n’est ni à Sunil Bholah ni à Ernst & Young de décider de la liquidation de la coopérative » de Vacoas. « Selon la loi, une telle décision revient à l’assemblée générale des membres, qui votera ou pas cette décision. » À cet effet, comme une AG a été convoquée pour juillet prochain, le syndicaliste a lancé un appel pour qu’« un maximum de membres soient présents ce jour-là et que nous travaillions tous dans le même esprit », ajoutant : « Si sakenn pou rod so bout, nou pou perdi sa konba-la… »
Les membres de la VPMCS ont aussi déclaré : « Nous ne blâmons pas totalement le ministre Bholah. Nous pensons qu’il est mal entouré et qu’il a été mal conseillé s’agissant de la liquidation de notre coopérative. Nous lui demandons de revoir sa copie. » Ils ont aussi indiqué qu’ils resteraient mobilisés et que « d’autres actions suivront ».