Le ministre des Affaires et des Coopératives, Sunil Bholah, a annoncé hier après-midi que la firme comptable Ernst & Young prenait en charge la Vacoas Popular Multi-Purpose CCS suite à la découverte de certains manquements commis par la direction de cette société coopérative.
Selon Sunil Bholah, Ernst & Young procédera à un “debt recovery” et un “forensic auditing” pour s’assurer de la solvabilité de cette société et proposer les mesures à prendre « pour la remettre sur les rails ». Le ministre a fait ressortir qu’il y avait eu un manque de contrôle interne au sein de la Vacoas Popular Multi-Purpose CCS et que « nous avons fait tout ce qui est en notre pouvoir pour sauver la société sans tarder ». Cette société, qui opérait comme une Cooperative Credit Union depuis 1977, avançait des prêts à ses membres et a diversifié ses activités en acceptant des dépôts à terme de trois à cinq ans ou plus. Elle compte environ 5 500 membres et emploie 13 personnes. « Les sociétés coopératives dont le chiffre d’affaires dépasse les Rs 10 millions peuvent engager un audit externe », a-t-il dit. C’est ce qui se faisait à la Vacoas Popular Multi-Purpose CCS.
Cependant, a ajouté Sunil Bholah, certains membres ont fait état de manquements au sein de cette société au Registrar des coopératives. « Le Registrar y a dépêché deux inspecteurs pour mener une enquête et leur rapport est alarmant », a-t-il fait ressortir, avant d’ajouter que cette société avançait des prêts « sans aucune garantie ou, dans certains cas, des garanties inadéquates ». Le Conseil des ministres en a été informé en janvier dernier et depuis le board de la Vacoas Popular Multi-Purpose CCS a été évincé sous la Cooperatives Act et un “caretaker board” a été installé. « Ce comité a écouté la CEO e finn fer li ale. Il a aussi tout fait pour recouvrir les “non-performing loans” ».
Selon le ministre des Coopératives, la firme Kemp Chatteris a mené un audit de la société au 30 juin 2014 et a soumis son rapport vers fin avril. « So “findings” akablan. Cette société a des dépôts valant Rs 1,1 milliard et des prêts d’un montant de Rs 782 millions, dont Rs 377 millions sont “non-performing”. De cette somme, un seul membre a obtenu Rs 215 millions et la CEO s’est octroyé des prêts sous des garanties inadéquates ». Sunil Bholah a également évoqué la démarche de la Vacoas Popular Multi-Purpose CCS pour obtenir une licence bancaire, « qui a été rejetée » par la Banque de Maurice.