Le ministre des Affaires, des Entreprises et des Coopératives Soomilduth Bholah a tenu plusieurs réunions avec les Fédérations coopératives afin de revoir les difficultés auxquelles ces dernières font face. Un high level committee, présidé par le secrétaire permanent, a été institué afin de donner un nouveau souffle à ce secteur.
Le ministre des Affaires Soomilduth Bholah, après plusieurs rencontres avec certaines fédérations, pense que « les coopératives ont toujours du potentiel » mais qu’il convient de « s’adapter aux changements et innover », ajoutant : « Je veux donner un nouveau souffle à ce secteur, mais en même temps j’appelle les différents acteurs à prendre leurs responsabilités. » Les différentes réunions avec les représentants de coopératives cette année ont permis de fixer des objectifs partagés afin que ce secteur devienne compétitif. « Il y a toujours l’enjeu des prix excessifs et, surtout, une confrontation permanente entre fournisseurs et acheteurs. Nous prenons aussi en considération les difficultés structurelles et ponctuelles dans certaines filières. Il est impératif de renforcer la compétitivité. Nous pensons que les grandes distributions doivent privilégier les produits locaux. Nous sommes aussi pour une Grande Surface des coopératives », a-t-il fait ressortir.
Le département des coopératives du ministère propose un cadre légal et plusieurs d’autres facilités, comme la formation, l’audit financier, l’assistance technique ainsi que le monitoring de leurs projets. « Même si nous pouvons compter sur le savoir-faire de nos éleveurs, je pense que c’est un domaine où il faut innover. Ils doivent pouvoir produire plus et mieux. »
Le Cooperative Development Programme de 2015 et 2017 définit un cahier des charges pour les coopératives respectueuses des enjeux du développement durable. D’autres mesures y figurant aussi, tel qu’encourager les coopératives à être un “fair-trade certified”, les soutiennent dans leurs plans d’action et leur permettent aussi d’accéder à différentes foires pour valoriser leurs produits. À ce jour, il existe un plan de financement à hauteur de Rs 30 000 pour les coopératives s’engageant dans la formation, l’achat d’équipements et de matières premières et les conseils, entre autres.