Real Madrid's Spanish midfielder Lucas Vazquez (2L) vies with Leganes' Spanish midfielder Diego Rico (L) during the Spanish 'Copa del Rey' (King's cup) quarter-final second leg football match between Real Madrid CF and CD Leganes at the Santiago Bernabeu stadium in Madrid on January 24, 2018. / AFP PHOTO / JAVIER SORIANO

Rien ne va plus au Real Madrid! L’équipe de Zinédine Zidane a été humiliée et éliminée en quarts de finale de la Cap del Rey par son modeste voisin Leganés hier, recevant une gifle (2-1) à trois semaines du choc européen face au Paris SG.

Au stade Santiago-Bernabeu, une équipe madrilène très remaniée s’est retrouvée menée sur un tir limpide de Javi Eraso (32e) puis une tête puissante de Gabriel Pires (55e), malgré l’égalisation entretemps de Karim Benzema (47e). Et en dépit de ses efforts désespérés en fin de match, le Real, vainqueur 1-0 à l’aller mais éliminé en vertu des buts inscrits à l’extérieur, ne remportera pas cette saison le seul trophée qui manque à Zidane depuis sa nomination en 2016.

« C’est un résultat logique, l’adversaire a fait son match et pas nous. Je suis le responsable de tout ça et c’est un échec pour moi« , a dit Zidane en conférence de presse, reconnaissant avoir vécu sa pire soirée comme technicien du Real. « Je suis l’entraîneur et je dois trouver les solutions. Nous en avons trouvé, mais pas assez régulièrement. Je dois assumer la situation. Je vais continuer à me battre, à travailler, je vais essayer de trouver des choses pour que l’équipe soit plus performante ».

Ce surprenant revers contre Leganés, l’un des plus petits budgets de Liga (45 M EUR), soit quinze fois moins que l’ogre Real (675 M EUR), va rapidement entrer au hit-parade des soirées les plus humiliantes de l’histoire du club. Au même titre que l' »Alcorconazo » (« le coup d’Alcorcon ») en 2009…

Si le Real pensait avoir rejeté ses doutes derrière lui dimanche en étrillant La Corogne en Liga (7-1), la crise est désormais là et bien là. Car sans la Copa del Rey pour sauver les meubles, et avec un retard désespérant de 19 points sur le leader Barcelone en championnat d’Espagne, les Madrilènes vont jouer leur saison à quitte ou double en huitièmes de Ligue des Champions face au PSG (14 février et 6 mars).

« On vient de perdre une compétition, on est loin dans une autre, donc, il nous reste la Ligue des Champions », a prévenu Zidane.

Malgré les absences de Cristiano Ronaldo et Gareth Bale, ménagés hier, difficile d’imaginer comment ce Real-là a pu s’incliner ainsi devant son public. Cette fois, ça risque de chauffer pour Zidane, qui se retrouve visé par les critiques pour la première fois de son mandat, malgré huit trophées remportés sur onze possibles. Son choix d’aligner une équipe bis alors que le Real n’a plus grand-chose à jouer en Liga risque de faire jaser. Tout comme son refus d’attirer des recrues cet hiver pour renforcer une équipe qui a perdu gros l’été dernier (James, Morata, Pepe).

Il faut aussi reconnaître le mérite de Leganés, ordonné, efficace et qualifié pour la première fois de son histoire en demi-finale de Coupe.

Pour ne rien arranger, un gros morceau se profile dès samedi en Liga: Valence, qui s’est pour sa part qualifié hier en battant aux tirs au but Alavés, finaliste de l’édition 2017 (2-1, 1-2 a.p. et 3 t.a.b. à 2).

Le Barça avec Coutinho?

Après la qualification mardi de Séville aux dépens de l’Atlético Madrid (2-1, 3-1), il reste un dernier billet à attribuer aujourd’hui entre le FC Barcelone et son voisin l’Espanyol, vainqueur 1-0 à l’aller.

Le Barça, lui, a vu sa série de 29 matchs sans défaite s’achever la semaine dernière dans un derby étouffant contre l’Espanyol Barcelone (1-0). Mais l’équipe d’Ernesto Valverde ne s’est pas effondrée pour autant, puisqu’elle a signé dimanche dernier un rebond probant face au Betis Séville (5-0), accentuant encore son avance en tête de la Liga.

Bref, le onze blaugrana semble avoir les moyens de renverser la situation ce soir  au Nou Camp Nou pour s’assurer une place en demi-finale. D’autant que Valverde garde un as dans sa manche: le Brésilien Coutinho, transféré de Liverpool début janvier au terme d’une opération retentissante estimée à 160 M EUR (dont 40 M EUR de bonus). Le milieu offensif, arrivé blessé, a débuté ces derniers jours l’entraînement collectif et il pourrait faire cette semaine ses premiers pas sous ses nouvelles couleurs: soit ce soir contre l’Espanyol, soit contre Alavés dimanche en Liga. « Il progresse bien. Nous estimons qu’il peut intégrer la dynamique de l’équipe sous peu« , a dit Valverde.

Evidemment, Coutinho a hâte de débuter. Et évidemment, le faire dès aujourd’hui aurait un sens particulier pour le Brésilien qui avait porté pendant six mois les couleurs de l’Espanyol lors d’un prêt en 2012. Le Barça a précisé hier que le milieu offensif international brésilien avait récupéré le No.14 que portait jusqu’à présent le défenseur argentin Javier Mascherano, transféré hier en Chine au Hebei Fortune. Un numéro riche de symboles au Barça puisque c’était celui d’un autre créateur de grand talent: le mythique attaquant néerlandais Johan Cruyff, décédé en 2016.

Le tirage au sort des quarts de finale est prévu aujourd’hui à la mi-journée.

Résultat et programme

Mardi

FC Séville 3 Atletico Madrid 

Escudero 1   Griezmann  13

Banega 48p

Sarabia 79

* Séville qualifié 5-2 au score cumulé

Hier

Alavés 2 Valence 1 

El Haddadi 73  Mina 77

Sobrino 86

* 3-3 au score cumulé, Valence qualifié aux tirs au but (3-2)   

Real Madrid 2 Leganés 1   

Benzema 47 Eraso 31

G.Pires 55

* Leganes qualifié grâce au but inscrit à l’extérieur