Un panneau informant du début prochain des travaux de construction sur le chantier où une partie d’un mur de plus d’une dizaine de mètres s’était effondrée en août 2012 suscite l’appréhension des habitants du Morcellement Hermitage à Coromandel. Ce n’est pas l’indication pour la construction d’un mur de soutènement qui dérange, mais plutôt celle au sujet de la construction d’appartements sur le site en question alors que celui-ci est jugé instable. La mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill rassure quant au fait que le promoteur, Les maisons d’Albion Ltee, ne détient pas de permis nécessaire pour la construction d’appartements, mais uniquement pour un retaining wall.
Il semblerait que les travaux pour la reconstruction d’un mur de soutènement adéquat et conforme aux normes vont bientôt démarrer. Pendant plus de six mois, ce chantier à la rue Maxime Boodoo, est resté à l’abandon, au grand dam des habitants pour qui celui-ci était devenu non seulement un eyesore mais, avec deux autres chantiers, représentait un danger pour la sécurité des riverains.
Les habitants du Morcellement Hermitage ont pris connaissance en début de semaine d’un notice board placé devant le chantier à la rue Maxime Boodoo, où mention est faite de la construction d’un retaining wall dans le cadre de la Phase I des travaux et de la construction d’appartements pour la Phase 2. Ce qui surprend les habitants, qui depuis plus d’un an livrent un véritable combat, sollicitant l’aide de toutes les autorités possibles pour que cessent des travaux d’épierrage et de terrassement par des tractopelles sur trois sites en pente et demandant que la zone soit réhabilitée afin d’éviter toute catastrophe. Un rapport d’ingénieurs de la Japan International Cooperation Agency (JICA) a même confirmé l’instabilité du terrain et mis en exergue des recommandations afin de sécuriser toute la région. Plus d’un ministre a dénoncé l’état dans lequel le morcellement s’est retrouvé, après les interventions par un contracteur/promoteur que les habitants qualifient d’insouciant.
Les habitants ont eu un regain d’espoir que la construction du retaining wall allait démarrer de manière sérieuse avec la présence d’un container et de quelques travailleurs sur le chantier. Ce mur, pour rappel, viendra remplacer l’ancien qui s’était effondré en août 2012. L’architecte Hervé Grillon, dans un rapport, avait dressé une série de lacunes ayant provoqué l’effondrement de la structure : manque de ferraille, de structures et d’épaisseur à la base, absence de normes de construction et d’études d’ingénierie, entre autres.
Mais un notice board placé devant le chantier fait mention de l’intention du promoteur de construire des appartements. Les habitants affirment être dans le flou. Contactée, la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill rassure que le promoteur ne détient pas de permis pour la construction d’appartements mais seulement pour un mur de soutènement. « Nous n’allons pas autoriser des constructions sur ce terrain instable. La mairie a accordé au promoteur uniquement un Building and Land Use Permit pour le mur », affirme le maire Toussaint André. Ce dernier se rendra sur place aujourd’hui et en début de semaine prochaine avec les conseillers et l’ingénieur de la ville.
Panneaux enlevés
Les habitants sont également surpris d’apprendre que des panneaux d’avertissement « Risk of rock fall and rapid earth flow » placés dans toute la zone afin de mettre en garde contre des risques d’éboulements et de glissements de terrain (après que les terrains ont été rendus instables, avec des boulders/rochers de taille importantes en suspens au haut des pentes et qui pourraient dégringoler à tout moment). Ces derniers avaient été installés comme recommandé par les experts Japonais en glissement de terrain. Selon les riverains, tant que les promoteurs responsables des dégâts causés n’auront pas restauré la région entière, le Morcellement ne sera pas en sécurité. Rappelons également que le promoteur Hans Berjeeraz a reçu l’ordre du ministère de l’Agro-industrie de restaurer la berge gauche de la Grande-Rivière-Nord-Ouest au Morcellement Hermitage, en replantant des arbres fruitiers et forestiers et ce fin mai au plus tard. De la terre et des pierres avaient été déposées illégalement sur la berge de la rivière.
En attendant, la mise en oeuvre des mesures pour le retrait de la terre instable de ces chantiers de même que des rochers qui représentent un danger pour le voisinage se fait toujours attendre tandis que les habitants vivent au quotidien avec l’appréhension que ces énormes rochers dévalent le long des pentes et viennent s’écraser sur les maisons ou pire, mettre en danger la vie des passants, des automobilistes et des riverains