La soumission du rapport conjoint des ingénieurs des Infrastructures publiques, de la Japan International Cooperation Agency (JICA) et de la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill au sujet des travaux d’urgence à effectuer sur les trois chantiers au Morcellement Coromandel est attendu en fin de semaine, indiquent des sources autorisées. Ces chantiers situés sur la pente de ravins où des travaux de terrassement et d’épierrage ont été menés durant plus d’un an, représentent une menace pour les habitants qui craignent des éboulements.
Ce rapport détaillé est vivement attendu par les habitants qui souhaitent que les travaux pour sécuriser leur localité, démarrent au plus vite : « Nous sommes en pleine saison de pluies et il n’y a plus de temps à perdre pour commencer les travaux. Le jour où le pays était en alerte II, j’ai entendu une roche se détacher et tomber mais fort heureusement, elle n’était pas énorme. Pour nous, c’est la preuve que les rochers en suspens peuvent dégringoler car il n’y a aucune végétation qui les retient après le passage des pelleteuses pendant un an pour leur extraction et leur concassage sur place. Les conséquences peuvent être lourdes », avertit une habitante du Morcellement Hermitage. Ce rapport décisif des travaux à entreprendre combinera les différents compte-rendus et recommandations des organismes précités.
Une équipe d’ingénieurs de différents ministères, dont ceux des Infrastructures publiques, ont confirmé, lors d’une visite des lieux la semaine dernière, l’instabilité du terrain due par les travaux d’épierrage menés depuis plus d’un an par deux promoteurs, occasionnant des risques d’éboulement (rockfall) et de coulée de boue (mudflow). Ce constat a été appuyé par les experts de la Japan International Cooperation Agency venus prêter main forte aux Infrastructures Publiques et qui sont actuellement en mission à Maurice dans le cadre d’un projet de gestion de glissement de terrains sur l’île par le ministère des Infrastructures publiques. Il a été souligné lors cette visite, que les promoteurs devraient procéder à l’identification des rochers qui représentent un danger potentiel pour la vie des habitants, particulièrement ceux qui se trouvent en amont du site et qui risquent de dégringoler à tout moment, notamment en cas de grosses pluies, en vue de leur extraction immédiate. Il avait été également recommandé que ces travaux d’urgence soient effectués sous l’avis d’une équipe d’ingénieurs qualifiés étant donné leur complexité et la proximité des habitations des sites.
En début d’année, durant le passage du cyclone Dumile, l’eau de pluie a provoqué une coulée de boue et de gravats sur la route et dans les cours. « Jamais on n’avait vu cela au Morcellement Hermitage », raconte Mme François, une habitante. La route Maxime Boodoo était presque impraticable. D’autant plus qu’il s’agit de l’unique voie d’accès ouverte depuis que l’autre partie de la route en sens inverse a été condamnée par les travaux qui sont demeurés en suspens depuis décembre dernier. Ce chantier devait accueillir un mur de soutènement après la démolition du mur initial de plus de 10 mètres de haut qui s’était effondré dans la nuit du 20 août 2012. D’ailleurs, on apprend que la soumission du plan du nouveau mur de soutènement par la firme d’ingénierie civile, Gibbs Mauritius Ltd, désignée par le promoteur Hans Rooplall Beerjeraz, est toujours en attente. Ce qui exaspère les habitants qui déplorent que le chantier soit transformé en « piscine boueuse » après les grosses pluies. Mais les ingénieurs de cette firme avaient fait savoir la semaine dernière à la délégation d’ingénieurs de différents ministères et de la municipalité, de hauts cadres de BBRH et du maire Toussaint André, que cela sera fait durant cette semaine.