« Dan Moris, nou pe tret sa ek enn lezerte », a observé le leader de l’opposition, Arvin Boolell, qui a réuni la presse et les membres du parti rouge, ce jeudi 6 février, pour évoquer ses craintes quant à la manière dont le gouvernement gère le coronavirus qui sévit actuellement en Chine.

« Nou dan enn kriz san presedan, nou dan alert rouz« , a-t-il fait ressortir tout en pointant du doigt les « manquements » au protocole de sécurité mis en place. « Cette crise demande des mesures de forces majeures ».

Arvin Boolell a également fait part de ses craintes par rapport à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui ne reconnaît pas jusqu’à présent que ce virus est arrivé en niveau de « pandémie ».

Le leader de l’opposition attire l’attention sur le contrôle entrepris auprès des personnes arrivées à Maurice depuis janvier, qui « doit être revu ». D’ajouter qu’« il faut un suivi de ces 5 000 personnes qui ont voyagé durant cette période ».

De plus, il réclame un negative pressure ward pour la prise en charge des personnes misent en isolation. Il craint, en outre, que l’Isolation Room de Souillac ne réponde pas aux normes requises.

Au chapitre des équipements mis à la disposition du personnel médical, Arvin Bolell a réclamé l’utilisation du masque N95 « pour une protection adéquate ».