La capacité de mener cet exercice sur le terrain serait faible et est rendu difficile par la non-coopération de certaines personnes identifiées

Avec l’escalade du nombre de cas recensés d’infection au Covid-19, l’inquiétude ainsi que la peur s’installent – que ce soit au sein du personnel dans les hôpitaux, parmi les fonctionnaires ou encore au sein de la force policière, entre autres. En effet, de nombreuses interrogations sont suscitées au sujet de l’exercice de Contact Tracing qui, selon les autorités de la santé, publique aurait permis jusqu’ici de détecter la plupart des cas positifs.

Des recoupements d’informations auprès de plusieurs sources concordantes laissent planer des doutes quant à l’efficacité de l’exercice crucial et délicat. Certains dans les milieux informés font part des lacunes non seulement en termes de logistiques déployées mais aussi en raison de la non-coopération de certaines personnes.

Ainsi, sur une densité de plus de 100 000 personnes, soit trois circonscriptions visées, il n’y aurait que trois personnes assignées pour les besoins de cette opération. Pour ce qui est du cas de la fille de 20 ans, qui aurait visité un supermarché dans la localité où elle réside dans le Sud du pays, des habitants de cette région s’interrogent sur la décision du gouvernement de ne pas donner plus de précisions sur ce cas. Des questions sont d’ailleurs posées si ce lieu public a été désinfecté jusqu’ici. D’autant plus qu’on laisse entendre que la fille en question ne serait nulle autre qu’un proche d’un haut gradé de la force policière.

Selon les dires de plusieurs personnes qui connaissent ce cas, le haut gradé ne semble guère se soucier d’avoir été en contact avec la jeune infectée au Covid-19 et continuerait de circuler librement provoquant appréhension et malaise parmi les éléments de la police appelés à le côtoyer au plan professionnel.

Un autre cas qui laisserait perplexe plus d’un est celui du chauffeur de taxi qui est, selon nos informations, un habitant dans l’est de l’île. Aux dernières nouvelles, on laisse entendre que pas moins de sept membres de sa famille ont été placés en quarantaine ces dernières heures. Mais on se demande si dans ce cas les autorités n’auraient pas dû donner plus de renseignements compte tenu de la gravité de la situation.

Le rôle crucial des Regional Public Health Superintendents dans la conjoncture avec la pression des tests qui sont conduits est aussi abordé. Des interrogations sont soulevées au sujet des ressources mises à la disposition des services de Santé publique pour contrôler cette situation inédite avec l’escalade dans le nombre de cas positifs au Covid-19 dans le pays.