Le ministère de la Santé appelle à la prudence les voyageurs se rendant dans les pays du Moyen–Orient suite à la détection de cas d’infections respiratoires dus au nouveau coronavirus dans cette région. Dans un communiqué, le ministère a émis des consignes destinés à ces voyageurs les informant de la conduite à adopter à leur débarquement à Maurice et dans les jours suivant leur arrivée.
C’est en Arabie Saoudite que le premier cas de coronavirus a été découvert en 2012 et 34 cas ont été dépistés à ce jour depuis le début de l’année, dont 20 cas mortels, et parmi, 15 décès en Arabie Saoudite. Le ministère de la Santé a mis à la disposition des voyageurs une hot line, le 8924, les jours de semaine de 9 heures à 16 heures. Après 16 heures et pendant les week-ends et les jours fériés, ils pourront avoir accès à des hot lines mises en place dans les hôpitaux régionaux.
Le ministère de la Santé recommande plus particulièrement aux personnes en provenance du Moyen-Orient de consulter un médecin si elles souffrent de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires, en indiquant l’heure et l’itinéraire de leur voyage et de s’adresser au comptoir du ministère de la Santé à l’aéroport si elles présentent ces symptômes à l’arrivée. L’épidémie est surveillée de près par les réseaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le monde. Néanmoins l’OMS n’a évoqué aucune pandémie à ce jour. Des cas d’infections par le nouveau coronavirus ont été observés également au Qatar, en Jordanie et aussi en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France, dont principalement des cas importés par des touristes en provenance de la péninsule arabique.
Les antirétroviraux inefficaces
Le nouveau coronavirus tue plus d’une fois sur deux et provoque des symptômes semblables à ceux du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Selon son patrimoine génétique, il n’avait jamais été détecté chez l’homme et l’animal auparavant, même s’il s’apparente à un coronavirus retrouvé chez les chauve-souris à Hong Kong. En visite en Arabie Saoudite, le directeur de l’OMS a déclaré que « les différents foyers surveillés confirment une transmission d’homme à homme en cas de contact rapproché ».
Les coronavirus font partie d’un groupe de virus à l’origine d’infections respiratoires chez l’homme à gravité variable, allant du simple rhume à une pneumopathie mortelle. Les symptômes des infections vont du syndrome grippal à la détresse respiratoire nécessitant une réanimation. Le nouveau coronavirus, plus virulent que le virus transmettant le SRAS, provoque rapidement une insuffisance rénale chez les malades. L’infection se transmet lorsqu’une personne se trouve à courte distance d’un malade qui a des symptômes grippaux et de la toux. La durée d’incubation est de dix jours mais la contagion n’est possible que lorsque les signes de la maladie sont apparus.
Selon l’OMS, une quarantaine de cas de maladies respiratoires dues au coronavirus a été répertoriée dans le monde depuis septembre 2012, dont 20 cas mortels. Il existe trop peu de cas à ce jour pour envisager la mise au point d’un vaccin, indique le journal français Le Monde dans son édition du 14 mai.
Il n’existe pas de traitement spécifique contre l’infection respiratoire causée par le nouveau coronavirus. Des produits antirétroviraux administrés aux patients à ce jour se sont révélés inefficaces. Le seul traitement dans les pays touchés sont la réanimation voire l’oxygénation du sang du malade.