People walk past a banner promoting the International Travel Fair (Internationale Tourismus Boerse, ITB) at the fair grounds in Berlin on February 28, 2020. - Authorities will decide on February 28, 2020 if the international travel fair ITB is to be cancelled due to the novel coronavirus, days before its scheduled opening. So far, the fair is scheduled to take place from March 4 to 8, 2020. With new cases detected across several further German states, Health Minister Jens Spahn said that Germany was "at the beginning of a coronavirus epidemic". (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP)

Le salon international du tourisme de Berlin (ITB), plus grand rendez-vous du secteur, qui devait se tenir du 4 au 8 mars, a été annulé vendredi par les autorités, en raison des risques liés à l’épidémie du coronavirus en Allemagne.

« En raison de la propagation croissante du nouveau coronavirus », les autorités fédérales « ont décidé d’annuler l’ITB », ont indiqué vendredi soir les organisateurs.

Ce salon devait accueillir plus de 160.000 personnes et 10.000 exposants venus de 180 pays.

Les organisateurs ont déploré « l’impossibilité » de « vérifier que chaque participant n’est pas allé récemment dans une zone à risque » ou « n’a pas eu un contact avec une personne » dans cette situation, condition posée par les autorités pour maintenir le salon.

« Nous prenons la santé et la sécurité de nos invités, exposants et salariés très au sérieux », a commenté vendredi Christian Goeke, le président de « Messe Berlin« , qui organise l’événement.

Les organisateurs affirmaient pourtant en début de semaine qu’il n’existait « aucun risque d’annulation » pour ce salon, un événement incontournable pour les professionnels du tourisme depuis plus de 50 ans.

Mais l’aggravation de l’épidémie de coronavirus en Allemagne ces derniers jours a accru la pression sur les autorités et les organisateurs.

Vendredi, un millier de personnes ont été placées en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne alors que le nombre de cas confirmés dans le pays dépasse la soixantaine.

La mesure concerne le district de Heinsberg, très proche de la frontière néerlandaise, où un millier de personnes doivent rester chez elles.

Quelque 1.500 salariés d’Ernst & Young de Düsseldorf et de Essen ont par ailleurs été invités à rester chez eux « jusqu’à nouvel ordre » après que l’un des employés a été infecté par le virus, a annoncé un porte-parole de la société à l’agence allemande DPA.

A Hambourg, l’un des plus grands ports d’Europe, les parents et enfants en contact avec un employé du service pédiatrique d’un hôpital universitaire, contaminé par le nouveau coronavirus, ont également été mis en quarantaine pour 14 jours.

Le ministre de la Santé, Jens Spahn, a déjà prévenu que l’Allemagne était « au début d’une épidémie de coronavirus » alors que les cas détectés s’étendent désormais à six des 16 Etats régionaux. Seul l’Est du pays n’a jusqu’ici enregistré aucun cas.