A spectator watches TV in Paris, as French President Emmanuel Macron speaks from the Elysee Palace during a televised address to the nation on April 13, 2020, on the 28th day of a lockdown in France aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - The French president in a prime-time televised address announced the coronavirus lockdown in place since March 17, 2020, will go on until May 11, while also outlining how the country will take steps to recover. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)

Le président français Emmanuel Macron a annoncé lundi la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 qui a fait près de 15.000 morts en France, « pas assez préparée » à cette pandémie.

« L’épidémie commence à marquer le pas » et « l’espoir renaît », a assuré Emmanuel Macron lors d’une allocution télévisée de presque 30 minutes, mais tout en reconnaissant que la France n’était « à l’évidence pas assez préparée » à la pandémie.

« Rien n’est acquis », a souligné le président français. A la fin du confinement, « à partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, les écoles, les collèges et les lycées », a-t-il ajouté, mais les universités ne rouvriront pas « avant l’été ».

Après le 11 mai, les bars, restaurants, cinémas ou salles de spectacle resteront fermés, a-t-il également précisé.

« Le 11 mai, nous serons capables de tester toutes les personnes ayant un symptôme », a-t-il affirmé, tout en demandant aux personnes âgées et fragiles de rester confinées. « Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin », a-t-il ajouté.

A partir du 11 mai également, en « lien avec les maires, l’Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public » pour se protéger du coronavirus, a indiqué le président.

Par ailleurs, le président a annoncé que les frontières de la France avec les pays non-européens « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre ».

La France et l’Europe vont devoir aider l’Afrique à lutter contre le coronavirus en « annulant massivement sa dette », a-t-il aussi insisté. Au delà d’une « refondation » européenne, « nous devons aussi savoir aider nos voisins d’Afrique à lutter contre le virus plus efficacement, les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leur dette », a déclaré M. Macron.

Selon un dernier bilan lundi soir, l’épidémie de coronavirus a fait 14.967 morts en France, 574 de plus depuis dimanche. 9.588 personnes sont mortes dans les hôpitaux (335 de plus en 24 heures) et 5.379 dans les maisons de retraite et autres établissements médico-sociaux.

– Pour plus d' »unité » en Europe –

Pour le cinquième jour consécutif, le nombre de patients en réanimation a également baissé: 24 patients en moins depuis dimanche.

Le déconfinement, déjà amorcé dans quelques pays européens, s’annonce comme une entreprise infiniment délicate.

L’opération pourrait s’avérer catastrophique si n’était pas mis en place un système de tests massifs et d’isolement des personnes infectées, selon une étude réalisée notamment par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) français.

« La levée du confinement sans stratégie de sortie entraînerait une deuxième vague écrasant largement le système de santé », selon le résumé de l’étude, mise en ligne dimanche et révélée lundi par le journal Le Monde.

En Espagne, une partie des habitants ont repris le travail, dans une certaine mesure, lundi après deux semaines « d’hibernation ». Dans les gares, la police et des volontaires ont commencé à distribuer dix millions de masques pour les employés, essentiellement ceux de l’industrie et de la construction, qui ont repris le travail lundi.

Le président français abordait cette étape lesté d’une défiance de l’opinion envers sa gestion de la crise. Elle se cristallise, selon les sondages, sur la question de la disponibilité des masques et des tests de dépistage.

L’association du Secours Catholique a dit aussi redouter un basculement dans « la grande précarité » de nombreux Français, notamment les étudiants et les intérimaires.

Sur ce point, Emmanuel Macron a annoncé une aide sans délai aux familles les plus modestes et de nouvelles aides pour les indépendants et les petites entreprises.

Dans son allocution lundi soir, M. Macron a aussi estimé que la crise sanitaire devait être « un moment de vérité », « de refondation » pour l’Europe, avec plus « d’unité et de solidarité ». Dans les semaines à venir, « je tâcherai de porter en Europe notre voix afin d’avoir plus d’unité et de solidarité », a-t-il affirmé.

« Les premières décisions ont été dans le bon sens et nous avons beaucoup poussé pour cela (…) Mais nous sommes à un moment de vérité qui impose plus d’ambition, plus d’audace, un moment de refondation », a-t-il jugé.