Si d’aucuns, dont des Mauriciens qui sont rentrés de Chine, parlent de situation cauchemardesque, d’angoisse et de panique qui régnerait même en dehors de Wuhan, pour sa part Marie Christinne Clarisse, étudiante à Nanjing, affiche une sérénité à toute épreuve ! Pourtant, à jeudi dernier, la province de Jiangsu où se trouve la jeune femme, 129 cas de coronavirus avaient été confirmés ! Nanjing qui se trouve à environ 500 km de Wuhan n’a pas échappé aux consignes de sécurité exigées par le gouvernement chinois. Doctorante en musicologie à l’université des Arts de Nanjing, la Mauricienne, qui s’est confiée à Week-End, explique que la réaction du gouvernement chinois et celle de la population pour faire face au virus et le contrer est rassurante. Ce qui explique l’attitude qu’elle a adoptée et sa décision de ne pas rentrer à Maurice.

« Le gouvernement chinois a réagi très vite et bien. Il a mis en place une série de mesures publiques, nous ne pouvons quitter nos maisons, sauf en cas d’urgence et nous avons reçu des recommandations sur les précautions à prendre à domicile. Une récente initiative mise en place est la création d’une application qui nous permet de vérifier si nous avons été en contact avec une personne infectée pendant un voyage en avion ou en train, et ce en entrant la date et notre trajet. Actuellement, je ne sors que pour récupérer mes colis alimentaires commandés en ligne. Je porte un masque jetable, des lunettes et des gants. En rentrant, je désinfecte tout, mon manteau, y compris le colis, puisque le virus peut rester sur une surface pendant trois heures », explique-t-elle.

Elle ajoute : « On ne peut parler de psychose, d’autant plus que le peuple chinois a un état d’esprit particulier et fait preuve de solidarité. N’oublions pas la résilience historique des Chinois. Je suis témoin de leur volonté d’entreaide dans cette épreuve. Je constate qu’il y a beaucoup de propos alarmistes qui circulent en dehors de la Chine ! Tandis que les Chinois font confiance aux consignes du gouvernement et attendent que la tempête se calme. De mon réseau social local, je peux voir que les Chinois fidèles à leur positivité profitent du confinement obligatoire pour passer du temps en famille. Et les jeunes pour qui les études sont primordiales, ils utilisent le système en ligne très développé ici pour continuer leur programme. »

Malgré la demande de sa famille à Maurice, Marie Christinne Clarisse a décidé de rester en Chine. « Je ne l’ai pas fait d’abord à cause de la migration durant le Nouvel An chinois, ce qui amplifie les risques. Rester chez soi en Chine est plus sécurisant. Et puis la période d’incubation du virus peut s’étendre sur deux semaines. En voyageant en train et en avion pour rentrer à Maurice, je m’expose davantage. Et si je suis diagnostiquée positive à Maurice, les services médicaux dans l’île sont moins équipés pour gérer la maladie contrairement à ceux en Chine ! » dit-elle.

Légende:

Marie Christinne Clarisse, à Nanjing. Elle ne sort que pour récupérer ses colis alimentaires