Avec les 24 cas de coronavirus et les deux décès enregistrés à Maurice, les habitants à Agalega sont de plus en plus préoccupés pour leur santé en raison de la présence fréquente des navires mauriciens et étrangers accostant l’archipel. L’arrivée du MV Trochetia durant le week-end n’a fait qu’accroître cette inquiétude en raison de « l’absence de mesures spécifiques » pour l’île dans le plan d’action du ministère de la Santé pour se protéger de la pandémie du COVID-19.

À la suite d’une réunion de tous les “stakeholders” samedi concernant des mesures de prévention, les habitants exigent la mise à l’écart du navire pendant 14 jours à compter de jeudi dernier, soit le jour où le bateau a quitté Port-Louis. « La population ne veut pas qu’on débarque les marchandises avant 14 jours », soutient ce matin au Mauricien, un porte-parole des habitants. Selon des informations disponibles, le retard dans le débarquement des marchandises donnerait lieu à des grincements de dents dans certains milieux à Maurice.

Pour ce déplacement du MV Trochetia vers Agalega, le navire a été affrété par Afcons Infrastructure. Il était question d’abord du transport d’une centaine d’ouvriers indiens, mais les habitants d’Agalega ont protesté la semaine dernière contre l’arrivée d’un nouveau contingent de travailleurs indiens, réclamant leur mise en quarantaine à Maurice d’abord avant leur débarquement dans l’archipel, en raison de la pandémie qui a aussi touché l’Inde. Le mécontentement de la population n’a pas été vain puisque le MV Trochetia a quitté Port-Louis jeudi sans ces travailleurs indiens. Le bateau a transporté des matériaux de construction ainsi que le ravitaillement destiné aux travailleurs indiens, soit au nombre 700, à ce jour, dans l’archipel.

L’annonce officielle des premiers cas du Covid-19 à Maurice a fait réagir les habitants à Agalega, lorsqu’ils ont appris la nouvelle de l’arrivée du bateau pour samedi. En effet, les “stakeholders” dans l’archipel – les forces vives et les représentants des différents services publics tels l’Outer Islands Development Corporation (OIDC), la Santé, la police et d’autres départements du gouvernement – se sont mis ensemble pour élaborer un plan d’action pour contrer la maladie, qu’ils ont présenté aux habitants samedi et qu’ils ont envoyé aussi aux autorités à Maurice.

Outre des réunions dans les deux îles, ce comité a rencontré aussi les cadres d’Afcons Infrastructure pour leur faire part de certaines mesures de prévention. « D’après ce que nous voyons à la télévision et sur les réseaux sociaux, aucune région du monde n’est à l’abri de ce virus qui tue. Le monde est impuissant devant tant de tragédies humaines chaque jour. La maladie est entrée à Maurice et dans plusieurs pays de la région. Nous avons le devoir de protéger la population même si nous n’avons pas de grands moyens », explique un habitant au sujet de la démarche des “stakeholders”. 

À bord du MV Trochetia, il y a une quinzaine de personnes, soit des membres de l’équipage. Les habitants font ressortir que le navire a quitté Port-Louis jeudi alors qu’on avait déjà enregistré des premiers cas du coronavirus dans le pays. « En cinq jours, on a enregistré une vingtaine de cas de contamination et deux décès à Maurice. Popilasion dan Agalega napale ki bann travayer OIDC debark bann marsandiz bato si bann lotorite pa aplik peryod  karantenn 14-zour pou bato ki vinn isi. Zot bizin osi donn popilasion lasirans ki lekipaz bato Trochetia an bonn sante. Nous maintenons cette décision », affirment des habitants.

Ils ajoutent que le gouvernement est « parfaitement au courant » du manque de facilités dans le service de santé dans l’archipel et de souligner les fréquentes évacuations urgentes des malades vers Maurice ou vers les Seychelles. « Depi komie lane nou pe dir tou bann gouvernman reget sistem lasante dan Agalega. Ki pou arive si enn dimoun lor sa bato-la  ena sintom koronaviris ? Nou pena okenn lekipman pou detekte sa maladi-la e pou donn bann premie swin ki bizin », s’inquiètent des travailleurs de l’OIDC. Et ceux-ci de faire remarquer les va-et-vient de navires étrangers à Agaléga depuis le début des travaux de construction de la nouvelle piste d’atterrissage et d’autres constructions majeures. Outre le MV Trochetia,  il y a quatre navires étrangers dans les eaux agaléennes.

L’Association Les Amis d’Agalega accorde son soutien aux habitants dans ce refus de débarquement des marchandises. « Depuis que des habitants nous ont informés samedi de l’arrivée du Trochetia, nous suivons la situation de près. Ils ont raison de ne pas laisser leurs proches monter sur le bateau pour débarquer des marchandises et nous les soutenons dans cette prise de position », a déclaré au Mauricien Laval Soopramanien, président de cette association.

Et d’interpeller les trois députés d’Agaléga sur les inquiétudes dans l’île par rapport au spectre de coronavirus. « Bato pe ale-vini dan Agaléga et nous demandons aux députés d’Agalega de poser des questions aux autorités sur les dispositions qui ont été prises pour protéger la population de l’île contre ce virus », dit Laval Soopramanien, qui fait ressortir aussi la présence d’une cinquantaine de fonctionnaires mauriciens en service dans l’île.